Connect with us

a la une

Haut-Katanga : la crise de maïs appelle à une politique agricole résiliente

Published

on

Haut-Katanga : la crise de maïs appelle à une politique agricole résiliente 1

La crise de la farine de maïs qui sévit la province du Haut-Katanga de manière récurrente appelle à la définition politique agricole résiliente et à la promotion d’un modèle économique innovant. Objectif : parvenir à l’autosuffisance alimentaire et mettre fin à cette dépendance de cette partie de la Rd Congo aux pays voisins dont la Zambie.

Le changement prôné par le chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi c’est aussi dans la détermination des gouvernants à envisager des solutions innovantes devant mettre fin aux problèmes auxquels le peuple congolais est resté longtemps confronté. C’est le cas de cette crise qui ne cesse de se répéter chaque année, en dépit des décisions prises chaque fois par les autorités tant gouvernementales que provinciales.

Une table ronde, trois recommandations
La Table ronde agricole sur « l’autosuffisance alimentaire, besoin en maïs » qui s’est clôturée, ce samedi 14 septembre 2019 à Lubumbashi, à l’initiative du gouverneur Jacques Kyabula, s’inscrit dans cette perspective.

Les délégués des parties prenantes ont préconisé la création d’un Fonds provincial de développement agricole, la nécessité pour le gouvernement provincial de rendre obligatoire la culture de maïs dans la province du Haut-Katanga et l’allègement fiscal en faveur des grands fermiers/agriculteurs.

Pour certains analystes, les autorités congolaises devraient également envisager des partenariats publics privés soutenus par la promotion des opérateurs économiques locaux afin de développer une agriculture aux attentes du peuple. Cela implique une organisation qui part de la culture à la distribution en passant par la transformation des produits agricoles.

Conscient de ces enjeux de taille, le gouverneur du Haut-Katanga, Jacques Kyabula Katwe, a pris l’engagement de faire faire de cette province un grenier agricole et de mobiliser les ressources contre la dépendance alimentaire.

Mesure provisoires
A court-terme, l’autorité provinciale a obtenu des accords avec la Zambie pour l’importation la farine de maïs en vue de desservir les populations du Haut-Katanga. Bien, plus, il s’est engagé à constituer une réserve stratégie de cette denrée alimentaire afin de faire face à toute éventuelle pénurie. Et enfin, Jacques Kyabula a obtenu du Gouvernement central l’exonération temporaire de toute importation de farine de maïs par les opérateurs économiques.

Près de 35% des besoins en farine de maïs du Haut – Katanga sont produits localement. Les 65% restants font l’objet de l’importation dont plus de 75% de la Zambie. D’où, la nécessité d’inverser cette tendance afin de ne plus subir de telles crises à répétition.

A RE(LIRE) : une délégation ministérielle dans le Haut-Katanga pour juguler la crise du maïs !

Sur le marché des biens et services, les prix de la farine de maïs a plus que doublé pour se négocier actuellement à 45 000 CDF. Si la semaine qui commence, d’aucuns espèrent les prix commencer à baisser, des voix s’élèvent pour que des solutions envisagées soient rapidement mises en œuvre et que l’agriculture soit décréter comme une priorité provinciale.

Emilie MBOYO

Sur le même sujet :

RDC : pénurie du maïs au Katanga, Joseph Kapika rassuré des mesures prises par l’Etat !

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Edito

Advertisement