Connect with us

a la une

RDC : 15 axes thématiques prioritaires pour accroître les chances de réussite des jeunes

Published

on

RDC : 15 axes thématiques prioritaires pour accroître les chances de réussite des jeunes 1

[TRIBUNE] – Le développement de la Rd Congo est étroitement lié au bien-être de ses jeunes. C’est ainsi que se refusant de rester passif face à la situation alarmante de la jeunesse de notre pays, je soumets une réflexion sur les chances de réussite des jeunes congolais en proposant quelques pistes de solutions.

Pour mieux cerner nos préoccupations et éviter tout équivoque, je subdivise cette réflexion en quatre points dont ci-dessous la quintessence :

  • Etat de lieux de la situation ;
  • Quelques préalables à une bonne gouvernance de la jeunesse ;
  • Défi d’une bonne gouvernance de la jeunesse ;
  • Conclusion
  1. De l’Etat des Lieux de la situation des jeunes

En 2010, 33% des 66 millions d’habitants que comptait la République Démocratique du Congo (RDC) se retrouvaient dans la tranche des 10 à 24 ans. Le nombre de jeunes augmentera à 31,6 millions d’ici 2025 et 42,9 millions en 2050. Cette population de jeunes en pleine croissance est un énorme potentiel pour renforcer ou saper les objectifs nationaux dans les domaines de la gouvernance et du développement économique et social.

De longues années de conflits et de manque d’ambition ont certainement entravé la capacité des gouvernants de la RDC à avoir une politique de la jeunesse cohérente. Cette situation poussent beaucoup d’entre nous à qualifier notre génération de « génération perdue » « génération chance eloko pamba », car représentant la majeure partie de la main d’œuvre non qualifiées du pays et donc contraintes au chômage et à la misère.

Le constat dans nos milieux d’habitation fait état d’une exposition sans précédent des jeunes aux banalités, à la drogues, l’alcoolisme, la prostitution et tant d’autres anti-valeurs par le simple fait par exemple de l’existence de plus débits de boisson, Bar/Nganda, endroits de plaisir que de lieux d’apprentissage, de formation ou des bibliothèques.

A titre d’exemple, dans la commune de Barumbu, sur une rue de 100 mètres, nous y trouvons au moins 5 bars, 3 endroits de plaisir, 2 Nganda ya diamba (lieu qui permet aux jeunes de se droguer) alors que dans toute la commune, il y a aucune bibliothèque, aucune cité de jeunes et rares sont les écoles sérieuses dont le souci est plus la formation que le commerce.

Dans des bourgades comme Kambove (cité minière au Katanga) des enfants de moins de 10 ans ont abandonné l’école pour travailler et sont à la recherche de l’argent pour subvenir aux besoins quotidiens de leurs familles. Le constat fait dans la commune de Barumbu ou à Kambove est le même à travers toutes les villes, villages, localités de la République.

Est-ce être pessimiste que de brosser un tableau si sombre, si noir, où les anti-valeurs ont évincé les valeurs et où les modèles démissionnent ou se cachent derrière les non-modèles ?

Le seul fait de le souligner évoque que le pays est astreint à plusieurs défis. Devant cette situation, on se demande par quel bout commencer. Et le risque est grand de tomber dans l’immobilisme, dans l’inactivité ou dans l’inaction. Bref, de jeter l’éponge, se déclarer impuissant, et sombrer dans le découragement. Ce que je refuse de faire.

  1. Quelques préalables à une bonne gouvernance du secteur de la jeunesse ;

Pour que mes propositions trouvent un accompagnement à la hauteur, j’en appelle à des reformes au niveau des secteurs ci-dessous :

  • Que le ministère de la Jeunesse soit séparé de celui de sports et loisirs: le problème des jeunes étant énorme et crucial, il est important qu’il ait une attention particulière, unique et spécifique. La compétence et l’exemplarité de son animateur est requise ;
  • Un travail de synergie/Complémentarité entre le ministère de la Jeunesse et ceux de l’Education nationale, de l’Enseignement primaire et secondaire et celui du Genre et familles est requis : les ministères cités pourront travailler ensemble afin de reformer le secteur de l’enseignement et de l’éducation pour un nouveau type de congolais (fille et garçon) qui reflétera l’ambition qui est la nôtre pour les années à venir ;
  • Réforme en profondeur du secteur des mass-médias : les médias doivent proposer un programme qui corrobore avec les ambitions d’un Congo nouveau. Ce secteur doit être une grande priorité si l’on veut atteindre nos objectifs. Les différentes futures nominations dans le secteur devraient être précédées d’une proposition d’un plan d’actions innovant devant permettre aux autorités d’apprécier le meilleur. Autant, la tutelle devrait être dirigée par une personnalité acquise au changement et à la hauteur des ambitions.
  1. Défi d’une Bonne gouvernance de la jeunesse ;

Je pense que les actions à mener pour la jeunesse de notre pays devraient tourner autour des 15 axes thématiques et prioritaires suivants :

  1. Education et formation Professionnelle (Education et formation à l’écoute de la société, calquée sur les besoins réels de notre société);
  2. Emploi ;
  3. Délinquance juvénile ;
  4. Jeunes filles – jeunes femmes et jeunes garçon – jeune-homme;
  5. Santé ;
  6. Nouvelles Technologies de l’information et de la communication ;
  7. Environnement ;
  8. Faim et pauvreté ;
  9. Abu de drogues ;
  10. Pleine et effective participation des jeunes à la vie de la société (c’est ici qu’intervient la citoyenneté) ;
  11. Mondialisation et/ou globalisation ;
  12. VIH/Sida ;
  13. Les jeunes et la prévention des conflits ;
  14. Relations intergénérationnelles
  15. Loisirs (à concrétiser par la construction des lieux d’espoir ou cités des jeunes, au moins deux dans toutes les communes de la république).

Il nous faut faire de chacun de ces axes des véritables programmes inter-dépendants et qui auront un impact considérable à court, moyen et long terme.

  1. Conclusion 

Avec l’avènement au pouvoir de son Excellence Monsieur Tshisekedi Tshilombo Félix, un regain de courage et de sursaut d’orgueil habite subitement la population qui, désormais, compte écrire l’histoire du renouveau de son pays.

C’est possible, il suffit de changer maintenant !

Fait à Kinshasa, le 08 juillet 2019

 

KANGULU LOBO Daddy

Entrepreneur

Managing Partner AHC Logistics Sarl

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Edito

Advertisement