Connect with us

a la une

RDC : 80% de kinois saluent la traque des débiteurs insolvables du FPI (sondage)

Published

on

RDC : 80% de kinois saluent la traque des débiteurs insolvables du FPI (sondage) 1

[Les Points] – 80% des kinois interrogés se disent satisfaits de mesures prises par le Fonds de promotion de l’industrie (FPI) pour contraindre ses débiteurs insolvables à payer leurs créances, avec l’accompagnement des instances judiciaires nationales. Ils encouragent le comité de gestion à poursuivre cette traque afin de recouvrer les deniers publics. C’est ce que rapporte le dernier sondage « Les Points » d’août 2019.

Trois enseignements du baromètre

Primo. Des kinois désapprouvent la multiplication des attaquent ciblées et des poursuites judiciaires contre les dirigeants du FPI, en commençant par le directeur général Patrice Kitebi dont le nom est trainé dans la boue, par certains promoteurs insolvables qui se sont vus  dépossédés de leurs concessions hypothéquées. C’est 80% de personnes sondées qui estiment que le FPI n’a rien à se reprocher.

Secundo. Nombreux sont ceux qui reconnaissent de manière quasi-unanime que, le Fonds de promotion de l’industrie a de temps en temps accordé de mesures de clémence aux débiteurs pour les aider à payer leurs créances. Aussi, il a prévu une série d’accompagnement de tous les projets pour leur réalisation contrairement à ce que prétendent de débiteurs insolvables.

Tertio. Les répondants ont classé les promoteurs débiteurs du FPI en trois catégories, à savoir : celle des débiteurs consciencieux et responsables qui, après avoir rencontré de difficultés, ont demandé de l’aide au FPI qui a réagi promptement ; celle de débiteurs qui ont réellement réalisé leurs projets malgré les difficultés et ; la dernière catégorie de débiteurs insolvables mal motivés qui, en lieu et place de payer leurs créances, distillent des insultes dans les médias contre les gestionnaires du FPI.

RDC : 80% de kinois saluent la traque des débiteurs insolvables du FPI (sondage) 2

Griefs reprochés aux insolvables

La population interrogée reconnait que parmi les griefs retenus contre les promoteurs dont les immobiliers ont été récupérés, il y a entre autres le fait de n’avoir pas respecté l’échéance de remboursement de crédits, la non-réalisation du projet et/ou la réorientation de celui-ci sans l’autorisation préalable du FPI.

D’autres n’ont pas satisfait aux exigences du FPI au temps en termes de cahier de charges présenté au moment de l’octroi du prêt ainsi qu’au respect des échéances de remboursement convenues.

Bien plus, 65% des répondants recommandent au FPI de ne plus engager le dialogue avec ses débiteurs aux abois. Ils justifient cette position par le fait que les attaques dans une certaine presse et de procès fantaisistes contre le numéro un du Fonds de Promotion de l’Industrie ont porté un coup à l’image de cet établissement public qui a perdu 5 points dans l’opinion.

Seuls 35% des répondants déconseillent aux dirigeants du FPI de donner trop d’importance à ces débiteurs insolvables aux abois qui, selon eux, ne peuvent plus rien et seront bientôt fatigués.

A RE(LIRE) : FPI invite le promoteur « insolvable » Lokole Katoto à honorer sa dette de 464 000 USD

A tout prendre, l’appui de la population kinoise est évidente pour que le FPI continue à coincer d’autres débiteurs insolvables pour ne pas donner l’impression d’une certaine impartialité.

« Elle est convaincue que la meilleure manière pour le directeur général du FPI de soutenir la vision de Fatshi dans la lutte contre la corruption et le détournement consiste à ne pas baisser la garde mais en continuant à recourir aux voies légales pour recouvrer les crédits accordés aux débiteurs. Elle lui demande d’accélérer les procédures en cours. Quitte à procéder à la vente de leurs propriétés hypothéquées », a rapporté Les Points.

Ce sondage a été mené dans la capitale congolaise du 30 juillet au 2 août 2019 auprès de 1 000 personnes habitant les communes dans lesquelles sont situées les propriétés hypothéquées ; les travailleurs des entreprises publiques génératrices des recettes ; Les opérateurs économiques ; et les étudiants du secteur économique (UNIKIN, ENF, ISC, etc.)

Emilie MBOYO

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Edito

Advertisement