Connect with us

a la une

RDC – BM : cinq axes prioritaires de coopération renforcée en faveur de huit provinces 

Published

on

RDC – BM : cinq axes prioritaires de coopération renforcée en faveur de huit provinces  1

Le renforcement de la gouvernance et la décentralisation,  la consolidation de la paix, la résilience communautaire et la sécurité; le développement des secteurs productifs ; la modernisation des infrastructures de base ; le développement social et valorisation du capital humain ; et la protection de l’environnement et gestion durable du cadre de vie. Tels sont les cinq axes prioritaires de la coopération renforcée entre la Banque mondiale et la Rd Congo au profit huit provinces regroupées en deux pools.

La série de réunions techniques auxquelles ont pris part les gouverneurs des provinces, les ministres des Finances et celui de la Santé, le ministre d’Etat chargé de l’Énergie, le gouverneur de la Banque centrale du Congo s’est achevée par une séance de haut niveau qui a mis en face le chef d’Etat congolais et le président de la Banque mondiale avec leurs délégations respectives.

Orientations stratégiques selon Fatshi

  • D’entrée de jeu, Félix Antoine Tshisekedi a salué la disponibilité de la Banque mondiale à accompagner, dans cet élan de nouvelle approche intégrée d’interventions à partir de la base (en phase avec la vision du peuple d’abord), les huit provinces prioritaires ciblées sur base du taux de pauvreté en vue d’obtenir plus d’impacts et soutenir un développement durable.

 

  • Il a également indiqué au président de la Banque mondiale que les priorités exprimées par les gouverneurs de provinces cadraient avec les programmes d’actions de leurs Gouvernements respectifs adoptés par les Assemblées provinciales.

 

  • Le président de la République a, ensuite, réitéré l’engagement de son Gouvernement à parachever le cadrage des priorités de toutes les huit provinces concernées et à finaliser les instruments juridiques à soumettre au Conseil d’administration de la Banque mondiale et à l’Assemblée nationale au cours de la session budgétaire en cours.

 

  • Concernant les mécanismes de décaissement, le chef de l’Etat a souhaité l’assouplissement des procédures en vue de faciliter la mise en œuvre rapide des projets. Et ce, en réaffirmantl’engagement de son Gouvernement à renforcer la capacité des  Directions provinciales de gestion des projets et passations des marchés dans l’application des procédures nationales.

 

  • Félix Antoine Tshisekedi a, enfin, recommandé l’implication effective des provinces et la mise en place des Comités de pilotage sous l’Autorité des Gouverneurs. Ainsi, deux bureaux terrain régionaux ont été implantés pour l’Est à Goma et pour le centre du pays à Kananga avec respectivement trois comités de pilotage (Ituri, Nord et Sud Kivu) et cinq comités de pilotage (Kasaï central, Kasaï, Kasaï oriental, Lomami et Kwilu). Des Unités d’exécution devraient, d’après lui, être décentralisées avec une autonomie au niveau de chaque province.

La Coordination nationale (Bureau-pays Banque mondiale, la Présidence de la RDC et le ministère des Finances), quant à elle, devrait assurer juste la supervision et l’appui à la mise en œuvre.

De son côté, le président de la Banque mondiale, David Malpass a réitéré l’engagement ferme de son institution aux côtés de la Rd Congo pour faire face aux problèmes de développement ainsi que d’Ebola.

« Dans les prochains mois, nous allons appuyer le chef de l’État sur la question de la gratuité de l’éducation de base. Et des projets intégrateurs viendront au Conseil d’administration de la Banque mondiale ainsi que l’appui budgétaire. Nous discutons également avec nos partenaires du FMI parce que nous voulons aussi un cadre macroéconomique qui soit acceptable », a rapporté l’administrateur du Groupe II de la Banque mondiale Jean-Claude Tchathouang.

Eric TSHIKUMA, envoyé spécial

Edito

Advertisement