Connect with us

a la une

RDC : Ce que prévoit l’Accord signé entre Kinshasa et Abu Dhabi !

Published

on

RDC : Ce que prévoit l’Accord signé entre Kinshasa et Abu Dhabi !

L’établissement d’Ambassades pour le renforcement des liens entre les deux peuples et  la coopération économique et financière entre Kinshasa et Abu Dhabi. C’est ce que prévoient, en substance, les termes de l’Accord signé respectivement par Léonard She Okitundu (Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères et de l’Intégration régionale de la RDC) et Sheikh Abdullah Bin Zayed Al Nahyan (Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale des EAU) le mercredi 1er Novembre 2017 à Abu Dhabi.

En effet, cet Accord d’établissement des relations diplomatiques officielles souligne le désir des gouvernements des deux pays de renforcer la compréhension mutuelle et de renforcer les relations amicales et la coopération entre leurs peuples, conformément aux principes et objectifs de la Charte des Nations Unies, aux lois internationales et aux traités relatifs à la paix et à la sécurité mondiales.

Précision : Cet accord qui entre en vigueur à la date de sa signature est fondé sur des valeurs d’égalité et de respect, souveraineté nationale, indépendance et intégrité territoriale, et de non-ingérence dans les affaires intérieures de l’autre.

“Alors que Dubai Ports World a signé un Protocole d’Accord pour le développement et la construction du port en eau profonde de Banana  ainsi qu’une zone franche pour un montant de 2 milliards  USD, le 3 octobre dernier, le Vice-premier ministre des Transports a signé avec son homologue des Emirats Arabes Unis, un protocole d’accord d’entente de coopération aérienne entre nos deux Etats et de transfert de compétence  et des techniques dans le domaine aérien et que les flux de Congolais qui se rendent à Dubai pour des raisons commerciales ou touristiques vont crescendo, les relations interétatiques étaient au point mort », a affirmé un diplomate Congolais qui a participé aux entretiens entre les deux ministres.

« Toutefois, Kinshasa souhaite intéresser à la  prospérité et au dynamisme économique des Emirats Arabes Unis  ses grands projets intégrateurs de développement tels le barrage du Grand Inga au potentiel hydroélectrique de 44.000 MW ou ses terres arables dans le cadre de sa diversification économique ainsi que bénéficier des facilités financières des nombreux fonds d’aide de l’Emirat sans conditionnalités face à sa conjoncture difficile actuelle ».

Côté d’Abu Dhabi, on affirme avoir des relations « historiques » avec la Corne de l’Afrique et l’Afrique du Nord depuis longtemps mais bien plus « récentes » avec le reste de l’Afrique. Deuxième économie du Golfe après l’Arabie Saoudite avec un PIB nominal est estimée à 375 milliards de dollars pour 2016 dont des fonds souverains évalués à près de 800 milliards de dollars US, les Emirats Arabes Unis s’affirment désormais comme le premier bailleur du Golfe en Afrique notamment en Egypte avec plus de 12 milliards investis depuis 2014.

D’après la Direction Afrique du Ministère arabe, « le potentiel Congolais intéresse fortement les Emirats, la RDC devra donc rapidement adopter des mécanismes de sécurisation des investissements pour attirer  notre potentiel financier notamment avec des lois de  protection des investissements et de non double imposition fiscale ».

Fondée le 2 décembre 1971 lors du départ des Britanniques, la fédération des Emirats arabes unis est constituée de sept émirats (dominés par ceux d’Abou Dabi et de Dubaï) et peuplée de 9,9 millions d’habitants, dont environ 12% de nationaux. Depuis le 2 novembre 2004, la présidence de la fédération est exercée par Cheikh Khalifa Bin Zayed Al Nahyan, émir d’Abou Dabi. Les Emirats Arabes Unis sont 4ème producteur pétrolier de l’OPEP (3 millions de barils/jour), au 7ème rang pour les réserves mondiales (98 milliards de barils) et 17ème producteur mondial de gaz (7ème rang pour les réserves)..

Zoom Eco

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :