Connect with us

a la une

RDC : Gouvernement, Ilunkamba présente un programme articulé autour de 15 piliers  

Published

on

RDC : Gouvernement, Ilunkamba présente un programme articulé autour de 15 piliers   1

Le premier ministre, Sylvestre Ilunga Ilunkamba, vient de présenter aux élus du peuple, ce mardi 3 septembre 2029, le Programme de son Gouvernement articulé autour de 15 piliers regroupés en quatre secteurs. Si d’après lui, ce Programme est ambitieux, il a pour credo : « le redressement national à partir de la base. »  

Le formateur du Gouvernement a tenu à présenter les grandes lignes du Programme de gouvernance élaboré, selon la vision du chef de l’Etat, par le Front commun pour le Congo (FCC) et le Cap pour le changement (FCC), les deux plateformes politiques en coalition.  Son ambition est de faire de la Rd Congo un vaste chantier.

Quinze piliers-clés, quatre secteurs

D’après le premier ministre, les piliers du programme du Gouvernement découlent de l’examen sans complaisance de la situation qui prévaut dans les principaux secteurs de la vie nationale. Et ils sont regroupés en quatre grands secteurs, à savoir : politique, défense et sécurité ; Economie et finances ; Reconstruction ; Social et culturel.

Ces quinze piliers sont identifiés comme suit :

  • Premier pilier : Pacification du pays et promotion de la réconciliation, de la cohésion et de l’unité nationale ;
  • Deuxième pilier : Renforcement de l’autorité de l’État, promotion de l’État de droit et de la démocratie ;
  • Troisième pilier : Redynamisation de notre diplomatie et réhabilitation de son image de marque ;
  • Quatrième pilier : Lutte contre la corruption et les crimes économiques ;
  • Cinquième pilier : Amélioration de la gouvernance dans la gestion des ressources naturelles, des entreprises du portefeuille et des finances de l’État ;
  • Sixième pilier : Amélioration du climat des affaires et promotion de l’entrepreneuriat et de la classe moyenne ;
  • Septième pilier : Diversification de l’économie et création des conditions d’une croissance inclusive ;
  • Huitième pilier : Modernisation des infrastructures de base et aménagement du territoire national ;
  • Neuvième pilier : Promotion et développement des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication ;
  • Dixième pilier : Lutte contre le changement climatique et création des conditions d’un développement durable ;
  • Onzième pilier : Amélioration des conditions sociales avec comme principaux axes : l’éducation comme clé du changement et principal ascenseur social et l’accès aux soins de santé pour, ainsi que l’assurance d’une couverture de santé universelle ;
  • Douzième pilier : Développement du secteur de l’eau et de l’électricité ;
  • Treizième pilier : Lutte contre la pauvreté et la marginalisation sociale ;
  • Quatorzième pilier : Autonomisation de la femme et promotion de la jeunesse ;
  • Quinzième pilier : Promotion de la Culture, des Arts, des Sports et des Centres des loisirs.

 « La réalisation de ces piliers va nécessiter la mise en œuvre d’un certain nombre d’actions aux plans politique, sécuritaire et de la défense, économique et financier, reconstruction, et socio-culturel. Certaines de ces actions constituent des exigences immédiates, et d’autres relèvent de la nécessité de transformer structurellement notre société ainsi que notre économie », a précisé Sylvestre Ilunga Ilunkamba.

Redressement à partir de la base

Face à la réalité d’un pays aussi vaste que la Rd Congo, le premier ministre estime que le développement doit nécessairement partir de la base. Des, auxquels il faudra Cela exige que des moyens conséquents soient accordés aux villages et aux territoires afin que ces entités redeviennent de véritables centres de production et d’animation sociale.

« Il n’est pas concevable que les moyens soient plus concentrés aux seules villes et autres grands centres, favorisant ainsi l’exode rural, la densité démographique et la misère sociale en milieu urbain », a déploré Sylvestre Ilunga Ilunkamba.

Les réactions et préoccupations des élus du peuple sont partagées sur l’appréciation de ce Programme du Gouvernement de coalition FCC-CACH.

Pour d’aucuns, ce programme fait preuve d’une clarté, consistance et concision même s’il n’est pas chiffré et dépourvu d’un chronogramme d’exécution. Deux aspects qui seront déclinés, avec détails, dans les budgets annuels du quinquennat.

Des élus de l’opposition ont dénoncé la vacuité, le manque d’ambition de ce programme qui ne reflète pas la vision de changement prôné par la coalition FCC-CACH. Ses élus, à travers Chérubin Okende, ont annoncé leur non-participation à l’investiture qualifiée de cavalière de ce Gouvernement.

Emilie MBOYO

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Edito

Advertisement