Connect with us

a la une

RDC : Ilunkamba et Egoume planchent sur la situation économico-financière

Published

on

RDC : Ilunkamba et Egoume planchent sur la situation économico-financière 1

Le premier ministre, Sylvestre Ilunga Ilunkamba et le représentant-pays du Fonds monétaire international (FMI), Philippe Egoume ont passé en revue l’évolution de la situation économico-financière de la Rd Congo. C’était au cours d’une séance de travail qui a eu lieu, le vendredi 13 septembre 2019, à la Primature.

Cette première rencontre officielle intervient quelques jours après la publication du Rapport final de la mission des consultations au titre de l’article IV sur la Rd Congo récemment effectuée par les experts du FMI.

L’on croit savoir que les échangent entre le chef du Gouvernement et le représentant pays du FMI se sont focalisés sur les recommandations des administrateurs de cette institution de Bretton Woods formulées à l’endroit des autorités congolaises.

RDC : Ilunkamba et Egoume planchent sur la situation économico-financière 2Dans la foulée de ces recommandations, ils ont souligné la nécessité d’améliorer la gestion des finances publiques et l’efficacité des dépenses publiques.

De ce fait, le FMI estime qu’il est essentiel : (1) d’obtenir des prévisions réalistes des recettes et des dépenses pour améliorer la crédibilité du processus budgétaire. (2) d’envisager le rétablissement de la chaîne de dépenses et la limitation du recours aux procédures de dépenses d’urgence favoriseraient la transparence et la responsabilisation. (3) de favoriser la rationalisation de la fonction publique et l’amélioration de la rémunération pour augmenter son efficacité.

Quoi de plus normal qu’à travers cet entretien avec le représentant pays du FMI, le premier ministre envisage les possibilités de prendre en compte les conseils formulés à son Gouvernement.

A RE(LIRE) : FMI annonce une évaluation de la gestion des ressources naturelles en octobre 2019

En rappel, ces administrateurs du FMI avaient, au terme de leur réunion du 26 août dernier, pris acte de la nécessité pour la Rd Congo de consolider et de tirer parti de gains des politiques macroéconomiques prudentes qui ont contribué à stimuler la reprise après la chute des prix à l’exportation entre 2016 et 2017.

Pour eux, cette première alternance pacifique du pouvoir au sommet de l’Etat offre aux gouvernants congolais l’occasion d’engager des réformes pour réduire la pauvreté généralisée, créer des emplois et promouvoir une croissance inclusive.

Emilie MBOYO

Sur le même sujet :

RDC : analyse de la situation économico-financière selon le FMI

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Edito

Advertisement