Connect with us

a la une

RDC : la recette d’Albert Yuma pour transformer les potentialités du pays en richesse matérielle

Published

on

RDC : la recette d'Albert Yuma pour transformer les potentialités du pays en richesse matérielle 1

La RDC est souvent qualifiée à l’extérieur comme étant un pays béni de Dieu, une réserve de minerais, un scandale géologique, autant de qualificatifs qui restent théoriques alors que la population croupit dans la misère. Comment quitter la phase théorique ou virtuelle pour vivre réellement toute cette richesse ? Le président de la Fédération des entreprises du Congo (FEC), Albert Yuma propose une recette à trois volets.

D’après Albert Yuma, il est possible et il est plus que temps que le peuple congolais profite réellement de richesses de son pays.

Primo. « Il faut que l’extérieur, l’étranger arrête de mettre des obstacles. » Et « il appartient au congolais de prendre son destin en mains ». Albert Yuma estime que le secteur minier de la RDC a été géré, préparé, formaté de manière à ne servir que l’extérieur.

« Les dirigeants congolais doivent reprendre la souveraineté de la gestion de nos mines pour qu’elles profitent réellement aux peuples congolais et leur redonner leur dignité », recommande – t – il, dans sa casquette du président du Conseil d’administration de la Gécamines.

Il reste convaincu que ces mines constituent l’outil de contrainte que nous devons utiliser vis-à-vis de l’étranger.

A RE(LIRE) : avec Gécamines, tout partenariat minier devrait intégrer 3 principes !

Secundo. Il faut mettre en place, et de façon volontariste, une administration autonome et intègre. Autant il faut créer de champions dans le secteur privé, autant il faut le faire dans l’administration. Albert Yuma suggère la création de ce qu’il qualifie « notre propre Doing Business. »

« Au lieu de prendre les critères de Doing Business, créons nous- mêmes, par une volonté politique, notre culture politique et administrative qui convienne aux intérêts de notre économie », a – t – il insisté.

Tertio. Il est impérieux de décider de se donner les moyens financiers. Le président de la FEC part du principe selon lequel chaque pays, à un moment donné de son histoire, a tiré profit de ses propres moyens. Et surtout que le pays a l’avantage d’avoir du cobalt et les forêts du bassin du Congo.

A ce sujet, Yuma propose que « l’Etat prenne le contrôle du cobalt pour créer un Fonds souverain basé sur ces recettes-là et sur le fait que c’est désormais le Congo qui décidera sur la production et l’exportation de minerais. Ce fonds servira de levier financier pour donner à l’Etat de moyens budgétaires et ainsi lui permettre de sortir du secteur minier pour aller vers l’agriculture et autres.»

En une année, soutient – il, le Gouvernement pourrait avoir dix milliards de dollars pour son Budget sans se tourner vers l’extérieur.

Le président de la FEC estime que la bonne application de cette recette aidera le peuple congolais à bénéficier des richesses de son pays.

Albert Yuma intervenait sur un plateau d’émission spéciale dans le cadre de la cinquième édition du Forum  international Makutano.

Nadine FULA

Sur le même sujet :

RDC : Gécamines, vers le rééquilibrage de ses partenariats !

Edito

Advertisement