Connect with us

a la une

RDC : le chef de l’Etat est exempté du paiement de Go-Pass (officiel)

Published

on

RDC : le chef de l’Etat est exempté du paiement de Go-Pass (officiel) 1

Le président de la République est exempté du paiement de la redevance dite « IDEF » supportée par tout passager afin de financer la modernisation des infrastructures aéroportuaires dite «IDEF» ou «Go Pass.» La confirmation a été donnée par le directeur général de la Régie des voies aériennes, Abdallah Bilenge.

« La seule personne exemptée de l’IDEF, c’est le président de la République. Tous les autres officiels payent », a rassuré le patron de la RVA à une question de Zoom Eco lui posée dans le cadre de l’émission Fauteuil blanc de Télé 50.

Parlant des officiels, il a fait allusion aux chefs de corps constitués, aux membres du gouvernement, aux parlementaires, à la première Dame, … Et la RVA se dit fière de leur attitude de prêcher par l’exemple dans le paiement de Go-Pass d’autant plus qu’ils savent à quoi il sert.

« Dans un avion-affrètement, les officiels ne payent pas directement l’IDEF. C’est le transporteur qui couvre la redevance à leur décharge vu que cela est incorporé dans la facture globale de l’affrètement », avait précisé Abdallah Bilenge.

Dans cette catégorie de personnes exemptées du paiement de l’IDEF, s’ajoutent les membres d’équipage et du personnel à bord des avions. Et ce, conformément à l’instruction gouvernementale donnée à la RVA.

Le Go-Pass est une contribution citoyenne mise en place par l’Organisation internationale de l’aviation civile (OACI) pour financer les investissements des infrastructures aéroportuaires futures et la maintenance des celles qui existent. Et elle est implémentée en concertation avec les compagnies aériennes.

A RE(LIRE) : le gouvernement incorpore l’IDEF dans le coût du billet d’avion

Des chiffres officiels de la RVA indiquent que les revenus mensuels de cette redevance se chiffrent en moyenne à 1,5 million de dollars américains. Ce qui, annuellement représente un montant global oscillant autour de 18 millions de dollars américains.

Neuf ans après la collecte de cette redevance, une somme de 28 millions de dollars américains ont été investis dans le renouvellement des équipements de navigation aérienne sans appui des partenaires extérieurs.

« Bien plus, nous avons de quotes-parts que nous amenons en fonds de contrepartie au financement des bailleurs de fonds. C’est le cas avec la BAD qui nous a financé à hauteur de 159 millions de dollars et l’IDEF a contribué à autour de 38 millions de dollars. Cela a servi de parachever la première phase de PPSA 1. Aujourd’hui, l’IDEF à 90% constitue un levier qui attirer les fonds extérieur pour le financement de nos infrastructures aéroportuaires », a révélé Abdallah Bilenge.

Pour la RVA, la première phase d’investissement a concerné la partie invisible rendant les conditions de navigabilité dans l’espace aérien congolais sécurisées à 99%. La deuxième phase sera, d’après le directeur général Bilenge, consacrée à la commodité, la partie visible avec notamment la construction en cours de la nouvelle aérogare de Ndjili.

Emilie MBOYO

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Edito

Advertisement