Connect with us

a la une

RDC : Le niveau actuel du PIB devrait interpeller…

Published

on

RDC : Le niveau actuel du PIB devrait interpeller...

[EDITO] – Le niveau actuel du Produit Intérieur Brut (PIB) de la République Démocratique du Congo devrait interpeller la classe politique dirigeante plutôt que d’être un sujet de réjouissance. Car, l’augmentation de la richesse nationale ces 12 dernières années n’a pas eu d’incidence majeure sur l’amélioration du social du congolais.

Il est évident que le Classement de la Banque Africaine de Développement (BAD) positionne la RDC au Top de 10 de pays francophone de l’Afrique subsaharienne avec 44 milliards de dollars de PIB.

S’il y a lieu de reconnaître des efforts fournis pour relever ce niveau de création de richesses nationales, les chiffres qui illustrent cette croissance ne restent que virtuels.

Dans la réalité, cette croissance a un impacte faible sur le citoyen congolais. Il suffit de diviser les 44 milliards USD par 70 millions d’âmes pour trouver le PIB annuel par tête d’habitant. A environs 600 USD, le niveau du PIB annuel du congolais représente le 1/3 du sénégalais. Ce dernier gagne plus de 1 200 USD alors que le PIB de son pays (Sénégal classé à la 4ème position après la RDC) se situe autour de 16,9 milliards USD.

Pour des économistes avertis, rien ne sert à certains acteurs politiques de monter sur leurs chevaux pour crier la victoire tant que, dans l’absolu, le congolais vit toujours avec moins de 1,90 USD/jour.

Cela est d’autant plus réel que d’après le Programme des Unies pour le Développement (PNUD), huit (8) personnes sur dix vivent sous le seuil de la pauvreté absolue en RDC. La Directrice – Pays, Mme Priya Gajraj, l’a affirmé l’an dernier, en marge de la journée internationale pour l’élimination de la pauvreté.

C’est de là que part l’interpellation, laquelle devrait susciter un élan de motivation pour la classe dirigeante afin d’améliorer la gouvernance économique et financière du pays. Encore faudrait-il qu’elle s’engage résolument pour traduire en acte la diversification de l’économie et faire en sorte que l’exploitation des ressources naturelles profite à l’amélioration des conditions sociales des populations.

En clair, la croissance du PIB devrait être suivie par l’amélioration du niveau de vie du congolais comme l’ombre suit le papillon. Hélas, le fossé est encore grand entre ces deux facteurs. Cela étant la conséquence de la non capitalisation de la période du boom minier au cours de laquelle le pays avait l’opportunité et les possibilités de rendre la croissance économique plus inclusive.

Toutefois, avec la reprise des cours des matières premières à l’international et les atouts dont disposent la RDC, il y a de quoi espérer pour la transformation des potentialités du pays en réelles richesses.

Eric TSHIKUMA | Zoom Eco

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :