Connect with us

a la une

RDC : les revenus du péage de la route Kinshasa-Matadi ont triplé en dix ans (ACGT)

Published

on

RDC : les revenus du péage de la route Kinshasa-Matadi ont triplé en dix ans (ACGT) 1

Les revenus issus du péage en exécution du contrat de concession conclu entre le ministère des Infrastructures, travaux publics et reconstruction (ITPR)  et la Société de gestion de péage du Congo (SOPECO) ont triplé entre 2010 et 2018. Ce succès découle de la bonne gouvernance instaurée dans la gestion de ces fonds.

« On a vu de recettes monter d’année en année et de travaux en train d’être réalisées. Ces recettes annuelles de la concession avoisinent à peine 35 à 36 millions de dollars, sauf en 2018 où on a eu un record de 43 millions de dollars », a révélé le directeur général de l’ACGT, Charles Médard Ilunga aux journalistes économiques et financiers.

A l’en croire, cette expérience de financement de la construction de routes dans le cadre d’un partenariat public-privé assure une prise en charge parfaite du projet non seulement pour son entretien, sa durabilité mais aussi le financement d’autres ouvrages à travers le pays.

A Charles Médard Ilunga d’insister : « avec l’extension de Matadi à Boma et de Boma à Muanda, la prise en charge est parfaite à cause des recettes du péage. Vous savez que l’Etat a des difficultés aussi bien pour construire que pour entretenir des infrastructures. »

A RE(LIRE) : plusieurs ouvrages publics réalisés grâce aux revenus de la concession SOPECO

Si l’ACGT a été créée en 2008 pour superviser les grands projets, apporter des solutions innovantes, surtout superviser les grands projets apportés par les partenaires chinois, elle reste convaincue qu’à travers le pays, les meilleures routes qui sont réalisées sont celles qui ont été concédées.

« En plus, les coûts unitaires sont les plus faibles qui soient. Nous faisons les routes à 600 dollars américains et qui sont performantes. Donc, le partenariat public-privé est un montage que tous les pays du monde mettent en place pour répondre à la problématique des infrastructures. L’avantage qu’il y a de travailler avec les privés, est de bénéficier de leur savoir-faire. Et là, nous avons une belle expérience avec SOPECO », a rassuré le directeur général de l’ACGT.

L’Agence congolaise des grands travaux intervient dans ce projet comme maitre d’ouvrage délégué. Elle a été chargée d’utiliser les fonds générés par ce contrat de concession pour réaliser des travaux.

En sa qualité de structure du gouvernement sous la tutelle du ministère des ITPR, elle a  pour mission la conception et le management des projets d’infrastructures structurantes dans les secteurs de Routes, Voiries, Ports, Aéroports, Chemins de fer, Architecture, Énergies, Infrastructures passives de télécommunication et Environnement.

Emilie MBOYO

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Edito

Advertisement