Connect with us

a la une

RDC : les trois points du Rapport de la mission d’information de la Banque africaine de développement

Published

on

RDC : les trois points du Rapport de la mission d’information de la Banque africaine de développement 1

L’administrateur de la Banque africaine de développement (BAD) pour six pays de l’Afrique centrale, Freddy Matungulu Mbuyamu Ilankir a bouclé, ce jeudi 8 novembre 2019, sa mission d’information sur les objectifs et priorités du Gouvernement dans le domaine  économique et social en Rd Congo. Zoom Eco revient, en trois points, sur le Rapport de ces consultations.

Finaliser le PSND, une urgence gouvernementale

Le tour  d’horizon fait sur les priorités et objectifs économiques du Gouvernement Ilunkamba avait été axé sur le développement des infrastructures et les capacités institutionnelles de la Rd Congo, la diversification de son économie et la relance de son secteur agricole, la redynamisation du secteur privé et les nouvelles priorités  pour les populations congolaises. 

D’après Freddy Matungulu, il a été mis en exergue la volonté de l’Exécutif national de parachever le plan stratégique national de développement, en cours de préparation, d‘ici fin décembre 2019 ; lequel définit les objectifs et les priorités économiques et sociaux du Gouvernement. Sans oublier des politiques à mettre en œuvre pour permettre une bonne réalisation de ces objectifs.

« Pour nous, c’est un document extrêmement important, parce que toutes nos interventions pendant les périodes qui viennent seront menées de façon à être en cohérence avec les exigences de ce plan. Mais aussi pour ouvrir un soutien aux efforts de développement de la Rd Congo », a – t – il indiqué.

Conclure un programme avec le FMI

L’Administrateur de la BAD a affirmé avoir été informé de la volonté  du Gouvernement d’assurer la bonne conduite des discussions avec le Fonds monétaire international (FMI) en vue de la mise en place d’un Programme des réformes suivi par cette institution et qui servira de cadre rassurant  pour tous les autres partenaires au développement.

« Le principe étant simplement que si vous voulez que la communauté internationale puisse vous soutenir financièrement, vous devez d’abord être en mesure de prouver que vous avez mobilisés le maximum de ce que vous avez comme ressources internes. Et de cette communauté internationale ne viendra qu’en appoint à ces efforts de mobilisations », a déclaré Freddy Matungulu devant la presse.

En effet, le coefficient fiscal de la Rd Congo étant de moins de 10%, cela signifie pour la BAD que le pays a d’énormes difficultés dans la gestion des finances publiques. D’où, la nécessité pour le Gouvernement de mettre en œuvre des réformes pour mobiliser plus de recettes et de créer  l’espace budgétaire permettant de faire face à ses engagements vis-à-vis du peuple.

Autant ces réformes devraient s’orienter vers l’amélioration de la gouvernance économique et du climat des affaires.

En clair, la BAD encourage le Gouvernement Ilunkamba à définir ses propres priorités lui-même et déployer ses propres efforts du développement avant de pouvoir bénéficier du soutien des institutions financières internationales. D’où, l’urgence pour le Gouvernement de parachever le Plan stratégique national de développement et un Programme de réformes.

A RE(LIRE) : engagements à respecter pour parvenir à l’accord formel avec le FMI

Vers une bonne exécution des projets

La délégation d’experts a passé en revue, avec les autorités congolaises, le portefeuille des projets soutenus techniquement et financièrement par la BAD à hauteur de 1,5 milliard de dollars américains.

« Nous avons eu des entretiens avec les responsables qui sont les conducteurs de ces différents projets pour nous enquérir des difficultés auxquels ils font face et discuter ensemble les voies et moyens pour permettre une meilleure exécution des projets », révèle Freddy Matungulu.

Ces échanges ont permis aux partenaires d’évoquer également les projets approuvés, mais non encore mis en œuvre, et qui vont avoir un impact sur le développement socio-économique en Rd Congo.

RDC : les trois points du Rapport de la mission d’information de la Banque africaine de développement 2Dans le lot de ces projets dont  la mise en œuvre est imminente, Freddy Matungulu a évoqué respectivement le Projet entreprenariat jeune dans l’agriculture bénéficiant d’un financement de 56 millions USD ; le Projet prioritaire de sécurité aérienne chiffré à 34 millions de USD ; la réhabilitation de la route nationale N°1 entre Kinshasa et Kikwit pour 70 millions USD ; et, le Projet  d’appui à la gouvernance et à l’amélioration de l’efficacité du secteur  de l’énergie.

Par ailleurs, les deux parties ont enfin planché sur des projets intégrateurs d’envergure régionale et continentale. Il s’agit notamment du Projet Pont-Route-Rail reliant Kinshasa et Brazzaville et celui du lancement de plusieurs complexes agro-industriels à travers le pays.

Evoquant le Projet Inga III, Freddy Matungulu a affirmé qu’à partir de la semaine prochaine, il va devoir participer à une réunion, en Afrique du Sud, dans le cadre de la promotion des investissements en Afrique au cours de laquelle le projet fera l’objet de concertation des acteurs impliqués.

En rappel, Freddy Matungulu est administrateur de la Banque africaine de développement (BAD) pour six pays de l’Afrique centrale, à savoir : Rd Congo, Congo-Brazzaville, le Cameroun, la République centrafricaine, le Tchad et le Burundi. Il est en fonction depuis le 1er août 2019.

Eric TSHIKUMA

Sur le même sujet :

BAD-RDC : un partenariat bilatéral fondé sur la bonne gouvernance

Edito

Advertisement