Connect with us

a la une

RDC : Martin Fayulu chiffre son programme quinquennal à 190 milliards USD 

Published

on

“Investir dans le citoyen pour développer la RDC” est l’intitulé du programme électoral du candidat président de la République, Martin Fayulu Madidi. Il l’a enfin présenté au public, ce jeudi 13 septembre 2018 au Centre Interdiocésain à Kinshasa. Son exécution exige une mobilisation de 190 milliards de dollars américains sur une période de cinq ans, correspondant à la durée d’un mandat présidentiel.

D’après Fayulu, ce programme a déjà été testé à l’intérieur du pays. C’est donc un programme qui vient de congolais et il est axé sur sept piliers qui sont : le social- libéralisme, la citoyenneté, le pacte pour le développement, la gouvernance intègre, la réconciliation et la règle gagnant-gagnant.

Tirant quelques proposition du Livre Bleu de Didier Mumengi, le candidat président de la République, Martin Fayulu a orienté sa vision sur sept priorités, à savoir : l’Etat de droit, la paix et sécurité, l’éducation et recherche, l’agriculture, la gouvernance intègre et la tolérance zéro, l’emploi, le ministère de la route, du rail, des eaux et de la mobilité nationale.

Comment ce programme sera financé ?

A l’aide d’un pyramide inversé, le président de l’ECIDE, a expliqué d’où il tirera les ressources, une fois élu président de la République :

– D’abord le budget actuel évalué à 5 milliards de dollars américains ;
– Ensuite, à la faveur d’une gouvernance intègre et une fiscalité responsable, il est possible de récupérer 12 milliards
– Les investissements évalués à 5 milliards USD ;
– De la coopération efficace et restructurée : 3 milliards USD ;
– Des emprunts locaux et étrangers, du recours à la titrisation ;
– Et enfin, de la croissance qui permettra la création de 5,100 millions d’emplois par an.

Martin Fayulu met également l’accent sur la fiscalité qui, selon lui, doit à tout prix être réformée.

A ce sujet, il envisage d’opérer une réforme fiscale susceptible de maintenir le système actuel de progressivité ; de fusionner les administrations fiscales dans un seul organe ; de procéder à la suppression de plusieurs taxes dites rémunératrices ; d’informatiser intégralement mais progressivement les procédures de déclarations, de recouvrement et de contrôle.

Dans le secteur de l’emploi, Martin Fayulu propose de créer, pendant cinq ans, en moyenne 2,4 millions d’emplois dans le secteur agricole ; 200 000 dans le tourisme ; 500 000 dans les grands travaux et infrastructures; 150 000 dans la santé ; 200 000 dans l’éducation ; 500 000 dans le tertiaire ; et 1 million d’entreprises individuelles, soit un total de 5,1 d’emplois.

Nadine FULA | Zoom Eco

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :