Connect with us

a la une

RDC : restitution de la réunion du Kenya sur le cadre mondial de la biodiversité pour l’après 2020

Published

on

RDC : des experts en atelier de restitution sur le cadre mondial de la biodiversité pour l’après 2020.

Un atelier de restitution de la première réunion du Groupe de travail à composition non limitée sur le nouveau Cadre de la biodiversité pour l’après 2020 a été organisé à Kinshasa du 1er au 3 octobre 2019 à l’initiative du Secrétariat général à l’Environnement et développement durable, avec l’appui des partenaires.

Des experts des institutions tant publiques que privées de la RDC, les représentants des organisations de la Société civile environnementale ainsi que celles des peuples autochtones et des communautés locales y ont pris part. Objectif, s’imprégner des résultats des assises qui se sont déroulées du 27 au 30 août dernier au Kenya.

L’enjeu de cet atelier était de susciter auprès des parties prenantes, une implication au processus préparatoire du cadre sus indiqué, tel que recommandé dans la décision 14/34. Et lancer le processus de consultation concernant les éléments possibles d’un cadre mondial de la biodiversité pour l’après 2020 tels que proposés.

Les parties prenantes ont, trois jours durant, partagé les résultats issus de la première réunion du Groupe de travail pour sélectionner les éléments du cadre mondial de la biodiversité post 2020, pertinents pour la RDC. Ce qui permettra à la RDC de mieux se préparer à participer aux prochaines réunions prévues dans le même cadre et partager ses priorités retenues de manière consensuelle au niveau du pays.

« Ces assises du Kenya ont été importantes dans la mesure où elles rassurent qu’au niveau international, les priorités retenues par la RDC dans le domaine de la biodiversité sont belles et bien intégrées dans ce nouveau cadre mondial de la biodiversité. A noter également que les financements qui seront mobilisés au niveau mondial pour la biodiversité dans la prochaine décennie, seront orientés vers les actions conformes à ce nouveau cadre », a déclaré Mike Ipanga, point focal de la Convention sur la diversité biologique (CDB) au niveau du ministère de l’Environnement.

RDC : des experts en atelier de restitution sur le cadre mondial de la biodiversité pour l’après 2020.

Dans la pratique, le nouveau Cadre mondial de la biodiversité est appelé à succéder au Plan stratégique pour la diversité biologique 2011-2020. Il devra donc s’appuyer sur les enseignements tirés de la mise en œuvre dudit plan et des objectifs d’Aichi, relatifs à la biodiversité ainsi que les meilleures connaissances scientifiques disponibles.

« Les réflexions d’aujourd’hui ont tournées au tour de trois objectifs de la Convention sur la diversité biologique dont la première est la zéro déforestation, zéro perte des espèces et la réduction de 50% de l’empreinte de l’homme quant à la consommation et la production », a indiqué Alfred Yoko, chef du Programme Faune et Flore sauvage à WWF/RDC.

Olivier Kamo

Edito

Advertisement