Connect with us

a la une

RDC-USA : Patrick T. Onoya évoque les prérequis pour une bonne pratique d’affaires

Published

on

RDC-USA : Patrick T. Onoya évoque les prérequis pour une bonne pratique d'affaires 1

Patrick Tambwe Onoya, entrepreneur congolais évoluant aux USA et chef du cabinet d’affaires, Le Patron, a donné quelques aspects dont il faut prendre en compte pour faire de bonnes affaires aux USA. Il s’adressait aux opérateurs économiques congolais réunis le week-end dernier à Béatrice Hôtel dans le cadre de Trade Show, le forum économique USA-RDC organisé par Easy Commerce et la nouvelle chambre du Commerce.

D’après cet homme d’affaires, les opérateurs économiques ont beaucoup à apprendre pour émerger dans le milieu américain.

Primo, il est primordial de bien communiquer sur la RDC. Selon Patrick Tambwe, le monde politique américain connait bien la RDC. Mais malheureusement, le monde économique ne la connait pas bien, ce qui signifie que les opérateurs économiques américains ne maitrisent pas les rouages du secteur économique du pays de Félix Tshisekedi. A la base, l’absence d’une bonne communication à l’extérieur.

Secundo, les opérateurs économiques congolais doivent faire la différence entre le système économique américain et celui de la RDC. Le système économique américain est modulaire c.à.d. elle est basée sur une chaine d’intermédiaire. Cela a comme avantage la fiabilisation des opportunités et le risque est amoindri. Tandisque le système économique congolais est informel à plus de 60%, conséquence il se pose un problème d’accès à l’information.

RDC-USA : Patrick T. Onoya évoque les prérequis pour une bonne pratique d'affaires 2

Tertio, ce chef du cabinet d’affaires, Le Patron, note tout de même quelques aspects positifs qui encouragent les hommes d’affaires américains à investir en RDC. Il y a notamment les ressources minières qui constituent le premier centre d’intérêt.

A cela s’ajoute la démographie, 60 millions de consommateurs ne sont pas négligeables. La situation géographique est aussi un atout majeur, la position de la RDC facilité l’accès aux autres pays africains. Enfin, l’amélioration de la situation politique. La passation pacifique du pouvoir a redonné espoir à plusieurs investisseurs étrangers qui font le comeback au pays.

Quarto, en sa qualité d’entrepreneur congolais évoluant aux USA, Patrick Onoya constate amèrement qu’il y a encore de zones d’ombres qui tendent à ternir l’image de la RDC et qu’il faut à tout prix élaguer pour encourager les investisseurs américains à venir au pays. Il cite la corruption, ce fléau contre lequel il faut lutter ; l’amélioration du système financier car qui, d’après lui, est encore rudimentaire. Il encourage aussi à un renforcement des accords bilatéraux.

Quinto, dans le souci d’aider les hommes d’affaires congolais désireux d’évoluer aux USA, Patrick Tambwe propose quatre phases à considérer pour qu’un projet aboutisse. Il y a d’abord la présentation d’opportunités qui est sanctionné par un accord de principe. Ensuite, il y a de discussions approfondies et élaboration du cadre général de collaboration.

Après, intervient la phase documentaire du projet où il faut solliciter des études de faisabilité, considérer les aspects juridiques et fiscaux. Enfin, vient la concrétisation de l’accord qui va dépendre du type du marché.

Pour pérenniser ces échanges sur le commerce USA-RDC, Patrick Tambwe Onoya a proposé la création d’un cadre permanent de suivi et d’évaluation des échanges économiques entre les deux pays ; l’accentuation de réformes pour faire quitter l’économie de la RDC de l’informelle à modulaire ; la mise en place d’un système d’infos public-privé ; enfin le soutien pour un renforcement des actions bilatéraux RDC-USA.

Nadine FULA

Edito

Advertisement