Connect with us

a la une

RDC : Yuma identifie trois principes pour repenser le modèle économique minier

Published

on

RDC : Yuma identifie trois principes pour repenser le modèle économique minier 1

Le président national de la Fédération des entreprises du Congo (FEC), Albert Yuma Mulimbi a identifié trois principes directeurs visant à repenser le modèle économique minier en RDC. Il était intervenant aux assises de DRC Mining Week à Lubumbashi, ce 201 juin 2019.

Tout part du constat selon lequel l’industrie minière qui, à l’heure actuelle, est majoritairement extravertie et dont la part de la transformation locale est réduite à une  portion congrue. De ce fait, a estimé Albert Yuma, ce dont le secteur minier a besoin structurellement, c’est une évolution réelle de la façon dont l’industrie minière est organisée en RDC.

Quant aux principes essentiels, le patron des patrons a évoqué :

  • Tout d’abord, un modèle qui modifie les règles du partage de la ressource entre l’investisseur et le pays de l’investissement en alignant mieux leurs intérêts respectifs ;
  • Ensuite un modèle qui favorise la valeur ajoutée locale ;
  • Enfin, un modèle dans lequel la puissance publique joue réellement son rôle de gardienne de ses ressources stratégiques.

« A ces trois principales conditions, le secteur minier contribuera en profondeur à l’émergence d’un secteur privé développé où nationaux comme partenaires étrangers trouveront leur compte. L’activité appelle l’activité, et notre pays regorge encore de nombreuses opportunités de développement, dans les mines mais également, dans l’énergie ou les transports par exemple, qui en sont une composante essentielle », a précisé Albert Yuma.

Pour le président de la FEC, il n’est pas question de cherche à ce que les congolais remplacent les opérateurs étrangers actuels au regard de l’échec que cela a connu. Il souhaite cependant qu’il y ait aussi un tissu entrepreneurial congolais, comme cela fut le cas par le passé.

« C’est indispensable. Parce que si on veut vraiment que le secteur privé contribue à la croissance de ce pays, joue un rôle de courroie de transmission entre l’économie et les populations, il faudrait qu’on puisse aussi compter sur un secteur privé de nationaux congolais », a rassuré Albert Yuma.

Dès lors, a – t – il insisté, il est temps de cesser de n’être que cette économie de rente qui fait utiliser les trop faibles devises qui reviennent dans le pays pour massivement importer des biens de première nécessité, dont de la simple nourriture.

Et de marteler : « c’est à cette condition et à cette condition seule, qu’on pourrait créer une réelle croissance durable et inclusive. »

Albert Yuma: « l’avenir du code minier et de la Gécamines est très prometteur »

Au demeurant, le président national de la FEC a réitéré sa détermination de s’opposer à toute tentative de modification du nouveau Code minier. Car, estime – t – il, une législation ne couvre pas tout. Même si elle trace des perspectives dans un grand nombre de sujets, elle a doté l’Etat des outils pour agir.

Eric TSHIKUMA

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Edito

Advertisement