Connect with us

a la une

Kinshasa : Insalubrité, pourquoi Kimbuta s’en dédouane et charge la société AVERDA ?

Published

on

Kinshasa : Insalubrité, pourquoi Kimbuta s’en dédouane et charge la société AVERDA ?

A haute voix, le Gouverneur André Kimbuta fait le « Ponce Pilate ». Selon lui, le retard connu par la multinationale AVERDA, prestataire de la Ville de Kinshasa pour la salubrité, dans le début de ses activités est à la base de la stagnation d’immondices dans les stations de décharge. Une véritable échappatoire, s’exclame un observateur !

« La ville a signé un contrat avec un opérateur privé qui tarde à venir. C’est ce qui expliqué le débordement d’immondices dans les différentes stations. En principe, le prestataire privé qui s’appelle AVERDA devait commencer dès lundi. Jusqu’à présent nous n’avons enregistré aucun véhicule, aucun équipement de leur part. Il y a un document important pour que nous payions ce qu’ils ont exigé comme avance. C’est la garantie qu’ils doivent présenter. En matière de passation de marché, quand on doit vous avancer de l’argent, vous devez aussi garantir pour la bonne exécution des travaux. Ils n’ont pas encore présenté la garantie, ils traînent à venir avec leur équipements. C’est ce qui a fait qu’il y ait ces débordements d’immondices », a déclaré André Kimbuta ce jeudi 27 Avril au terme de la cérémonie de lancement de l’opération d’évacuation d’immondices à Kinshasa.

Cliquer pour écouter

Faux-fuyant

Si la déclaration ci-dessus semble dédouaner le premier citoyen de la Ville, elle charge pour autant la société AVERDA. Cependant, les observateurs émettent de doutes sur la crédibilité des propos d’André Kimbuta tant que le montage financier, susceptible d’alimenter l’assainissement de la Ville de Kinshasa, n’a pas encore abouti.

Ce dossier, Zoom Eco en avait déjà fait écho. En effet, selon une correspondance du Directeur de Cabinet du Chef de l’Etat aux membres du Gouvernement en date du 23 Mars dernier, il a été décidé que la taxe d’assainissement soit insérée dans la structure des prix de produits plastiques ou conditionnés en emballages plastiques et son taux a été fixé à une hauteur de 8 dollars par unité de tarification.

Ce montage financier est à la fois lourd et complexe lorsqu’il oblige les quatre services de l’Etat (la DGDA, l’OCC, l’OGEFREM et le FPI) à insérer et à concéder, chacun en ce qui le concerne, deux dollars pour constituer les huit dollars recherchés pour la taxe d’assainissement. Et ce, tout en tenant compte du fait que cela impacterait sur les prix de consommation.

Garantie contre garantie ?

Il y a de quoi douter que le délai de 14 jours qui a été accordé au Gouvernement pour finaliser ce processus ait été respecté. Dès lors, il serait hasardeux pour AVERDA de commencer ses prestations tant que le mécanisme de financement n’a pas été conclu et qu’il n’est pas non plus opérationnel. Cela étant la seule assurance de la viabilité et de la rentabilité du marché.

En clair, estiment des analystes, la crainte de Kimbuta relative à la garantie exigée à cette entreprise AVERDA ne devrait pas se justifier à ce stade. Elle ne devrait pas non plus être un argument pour couvrir la défaillance de son Gouvernement provincial dans l’assainissement de la ville.

A tout prendre, les premières investigations de Zoom Eco sur AVERDA certifient la crédibilité de cette société dont l’histoire de plus de 50 ans part du Liban au Congo Brazzaville en passant par des pays Européens, le Maroc, l’Angola, l’Afrique du Sud et le Gabon. Toutefois, l’enquête continue sur les modalités de passation de marché et l’identité des actionnaires et/ou partenaires d’AVERDA en RDC. Nous y reviendrons.

Zoom Eco

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :