Connect with us

a la une

Masangu : « transformons Lubumbashi, capitale du cuivre, en capitale du numérique »

Published

on

Jean Claude Masangu Mulongo est convaincu qu’il est possible de transformer Lubumbashi, capitale du cuivre, en capitale du numérique. Cette proposition renvoie à l’industrialisation de cette ville de la province du Haut – Katanga autour des minerais stratégiques tels que le cobalt, coltan et lithium. Objectif : produire et exporter des produits finis à valeur ajoutée comme les téléphones, batteries et des ordinateurs.

Cette proposition est l’une des solutions innovantes pour le développement de la RDC que le gouverneur honoraire de la Banque centrale du Congo (BCC), Jean Claude Masangu a évoqué lors de son intervention vendredi 25 mai 2018 à la troisième édition du Katanga Business Meeting qui s’est tenue à la Luano City à Lubumbashi.

« Le Katanga, c’est le poumon économique du Congo. Capitale du cuivre, parce qu’elle produit beaucoup de cuivre. Nous sommes le 1er producteur du cuivre en Afrique. Avec les minerais stratégiques que nous avons (Cobalt, coltan, lithium, … ), nous avons l’opportunité de bâtir une industrie autour de ces minerais. Comme c’est une industrie qui va changer dans les 30 à 50 années à venir, il est important qu’on se prépare. Que Lubumbashi se transforme en capitale du numérique et de tout ce qui tourne autour du numérique », a – t – il déclaré.

L’enjeu majeur, dans ce cadre, consiste à assurer la transformation des produits finis qui feront de Lubumbashi et de la R D Congo un marché international du numérique et des produits manufacturés.

Cette démarche est motivée par le constat selon lequel la RDC ne pèse pas beaucoup dans le commerce international parce qu’elle n’exporte pas les produits transformés.

« Nous exportons à 98% les matières premières principalement le cuivre et le cobalt. Les 2% restant, c’est essentiellement du bois. On a beaucoup à faire sur le plan du commerce international », a insisté Jean Claude Masangu.

A RE(LIRE) : Masangu Mulongo évoque les quatre facteurs de succès de l’économie de développement !

A la suite des échanges qui en sont suivis avec son auditoire composé notamment des opérateurs économiques nationaux, le gouverneur honoraire de la BCC a recommandé au gouvernement et à l’autorité budgétaire de soutenir l’intégration industrielle comme condition sine qua non du développement de la RDC en allouant d’office 20 à 30 % des ressources naturelles aux infrastructures.

D’après le panéliste Jean Claude Masangu Mulongo, ils devraient également sélectionner certaines filières mondiales à intégrer dans le programme, créer des écosystèmes et des zones économiques spéciales autour des ressources naturelles. D’où, sa proposition de transformer Lubumbashi, capitale du cuivre, en capitale du numérique.

Emilie MBOYO | Zoom Eco

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Edito

Advertisement