Connect with us

a la une

RDC : le gouvernement assure toute la logistique électorale !

Published

on

Le gouvernement congolais s’emploie à financer, sur fonds propres, les dépenses liées à toute la logistique électorale. Les engins roulant et volant de l’armée nationale seront mis à contribution. Conséquence : la Commission électorale nationale indépendante (CENI) ne pourra pas recourir à l’appui de la MONUSCO pour déployer les matériels électoraux à travers les pays.

En effet, cette décision du gouvernement, en cours d’application, matérialise l’engagement du chef de l’Etat à financer le budget de l’ensemble du processus électoral chiffré à 1,332 milliard de dollars américains. En ce compris la première tranche de 432 millions USD pour les scrutins du 23 décembre 2018.

C’est sur base de cette hypothèse «zéro assistance internationale» que le gouvernement et la CENI ont visiblement fait la planification mathématique aussi bien en termes de financement que de la logistique.

A RE(LIRE) : élections, 203 millions USD déjà décaissés depuis janvier 2018

Trois pôles d’approvisionnement
D’après le président de la CENI, Corneille Nangaa, l’approvisionnement en équipements électoraux se fait sur trois différents pôles extérieurs, à savoir : la Chine, l’Inde et la Corée du Sud.

Du premier pôle (la Chine), la centrale électorale a commandé tout ce qui a trait à la quincaillerie électorale (urnes, isoloirs, paperasse, etc.)

« La première cargaison de 99 conteneurs va accoster à Matadi en début septembre prochain. Elle est destinée à être déployer dans la partie Ouest du pays.  Et 201 autres conteneurs arriveront au fur et à mesure par Dar es Salam et Mombasa pour être acheminés dans le reste du pays», a rassuré Corneille Nangaa dans le cadre d’un entretien avec les patrons de presse ce mardi 14 août 2018 à Kinshasa.

Tout ce qui concerne les sources d’énergies pour les équipements électoraux viennent déjà du second pôle d’approvisionnement (l’Inde). Alors que les premières 40 000 machines à voter sont également en chemin pour Matadi.

« La commande des machines à voter est payée à 80% par le gouvernement et d’ici fin octobre, tous les matos seront au Congo. Celle de la quincaillerie est payée à 100%. La commande liée aux sources d’énergie a été payée à 40%. Le paiement de la bande passante de VSAT sécurisée (internet et intranet) pour une année a été également effectué», a rassuré Corneille Nangaa.

A RE(LIRE) : «Machine à Voter» au centre d’intérêts commerciaux !

Transport, l’armée déploie ses engins
L’armée nationale a mis à la disposition de la CENI sept (7) hélicoptères de fabrication anglaise. D’après Corneille Nangaa, ce sont des jeunes congolais dont l’âge varie entre 21 et 27 ans des forces aériennes qui les pilotent. Ils vont intervenir notamment dans les ramassages des résultats dans les zones d’accès difficiles.

«Nous avons un Boeing 737 qui prend 20 tonnes par rotation, deux Boeing 727 qui prennent 25 tonnes chacun, un DC8 qui prend 40 tonnes, un Antonov 72 et deux Antonov hallucine qui prennent 60 tonnes chacun. Nous aurons également un avion spécial pour la supervision des équipes de la CENI», a révélé le président de la Centrale électorale.

Par ailleurs, la CENI affirme avoir à sa disposition 130 camions (6×6) de 15 tonnes chacun et 195 pickups pour le déplacement par route.

Au regard de ces faits, la CENI estime que le processus électoral à pris sa vitesse de croisière.

«Ce qui reste devant nous, c’est la date du 23 décembre 2018. Nous continuons à respecter le calendrier électoral. Cela étant, nous n’avons pas un seul jour à perdre», a insisté Corneille Nangaa.

Eric TSHIKUMA | Zoom Eco

Sur le même sujet :

RDC : La CENI déclare 2018 «année Electorale» !

 

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :