RDC : l'Etat risque de rater 200 millions USD du CAFI à cause Tshibala et Ambatobe ! | Zoom Eco
Connect with us

a la une

RDC : l’Etat risque de rater 200 millions USD du CAFI à cause Tshibala et Ambatobe !

Published

on

RDC : l’Etat risque de rater 200 millions USD du CAFI à cause Tshibala et Ambatobe !

Les 200 millions USD du Fonds de l’Initiative pour la forêt de l’Afrique centrale (CAFI) alloués à la RDC pourraient être annulés et/ou suspendus. S’il arrivait à être prise, cette décision sera une conséquence directe du « signal clair » donné par le gouvernement Tshibala tendant à « mettre une croix sur toute ambition de réduire les émissions liées à la dégradation des forêts ».  

Pour certains environnementalistes, le Premier ministre Bruno Tshibala et son ministre de l’Environnement Amy Ambatobe viennent de poser un acte qui prouve la non maîtrise des enjeux du changement climatique. Raison : la réattribution, le 1er Février 2018, des trois concessions forestières d’environ 650 000 ha aux compagnies d’exploitation forestière chinoises la Forestière pour le développement du Congo (FODECO) et la Société la Millénaire forestière (SOMIFOR).

Menaces pour les tourbières

Deux d’entre ces concessions forestières empiètent sur les 145 000 km2 de tourbières récemment découvertes et contenant quelques de 30 milliards de tonnes de carbone. Quoi de plus normal que l’expansion de l’exploitation forestière dans ces zones représente l’une des plus grandes menaces pour la préservation de ces tourbières.

«Toute opération d’exploitation forestière à grande échelle, en particulier dans les tourbières, est susceptible de causer des émissions massives de gaz à effet de serre. Les donateurs comme la Norvège ou la Banque mondiale vont devoir réévaluer si les programmes REDD en RDC sont crédibles et s’ils doivent être soutenus», a déclaré Simon Counsell, Directeur exécutif de la Rainforest Foundation UK.

A ce sujet, Greenpeace Afrique appelle le gouvernement congolais à révoquer de nouveau ces concessions et, cette fois, à sanctionner les personnes responsables de cette situation.

Pour l’annulation des 200 millions USD

Le plaidoyer des ONG internationales recommande vivement l’annulation des fonds CAFI. Jo Blackman, Responsable de campagne à Global Witness, a déclaré : «Nous appelons CAFI à suspendre immédiatement ses financements tant que le gouvernement de RDC n’aura pas annulé ces attributions de concessions, garanti le respect du moratoire et pris des sanctions contre les responsables de ces attributions illégales».

C’est à ce niveau qu’intervient la responsabilité du Premier ministre, Bruno Tshibala et de son ministre Amy Ambatobe. Car la RDC, grâce à son potentiel forestier et ses efforts dans le cadre de REDD+, est éligible à tous ces financements.

«Il est surprenant que des membres du gouvernement de RDC soient apparemment prêts à risquer l’annulation d’un accord total de 200 millions de dollars entre la CAFI et la RDC en menant des actions illégales de courte vue», a commenté Lars Løvold, Directeur de Rainforest Foundation Norway.

Principalement financé par la Norvège, le CAFI a autorisé, en octobre 2017, le transfert de 41,2 millions USD au Fonds national pour la réduction des émissions liées à la déforestation et à la dégradation des forêts (REDD+) de la RDC. Ce décaissement de fonds était censé faire suite à la mise en place d’un «plan d’action solide» et de mesures de surveillance interne par le gouvernement congolais.

A RE(LIRE) : Levée « conditionnée » du moratoire sur l’octroi des titres d’exploitation forestière !

Pour rappel, les tourbières découvertes dernièrement par des scientifiques britanniques jouent presque le même rôle que celui des forêts. Elles séquestrent le carbone plus que les arbres. Et la RDC dispose non seulement des forêts mais aussi de ces tourbières sensées être protégées pour servir de solution au problème de changement climatique.

D’où l’utilité des fonds mobilisés par la communauté internationale pour financer la protection de ces aires sensibles et l’amélioration des moyens de subsistance des communautés habitant autour de ces tourbières.

Hélas, ces 650 000 ha de forêts et de tourbières contenant 30 milliards de tonnes de carbones vont être décimés par l’exploitation forestière des compagnies chinoises FODECO et SOMIFOR !

Zoom Eco

A RE(LIRE) :

RDC : Fonds Okapi, l’Etat risque de perdre 22 millions USD au 31 Octobre 2017

La RDC perd chaque année 500 mille hectares de ses forêts

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :