Connect with us

a la une

RDC : le gouvernement insiste sur la stricte application du Décret contre la pollution plastique !

Published

on

Le gouvernementale de la République insiste sur la stricte application du Décret du Premier ministre contre la pollution plastique en RDC. C’est ce qui ressort de la réunion tenue ce lundi 27 août 2018 entre les ministres d’Etat en charge de l’Economie, celui du Commerce extérieur ainsi que le ministre de l’Industrie. Cette rencontre fait suite à la plainte de la Fédération des entreprises du Congo (FEC) relative à la mesure prise portant sur l’importation, la production et la commercialisation des sachets non biodégradables en RDC.

En effet, d’après la FEC, l’applicabilité de ces textes réglementaires pose un sérieux problème et empêche les opérateurs économiques d’exercer leurs activités dans un climat des affaires apaisées.

Réagissant à ce sujet, les trois ministres persistent et signent que cette mesure ne subira d’aucune exception. Et elle doit être appliquée par tous.

“L’important est que les opérateurs économiques, les consommateurs regardent dans la même direction, à savoir, l’utilisation des sachets biodégradables pour conserver notre écosystème”, a souligné le ministre d’Etat Joseph Kapika.

Il a par ailleurs invité les membres de la FEC à une rencontre avec les inspecteurs pour réexaminer et trouver des solutions par rapport à leurs réclamations.

Le gouvernement a saisi cette occasion pour mettre en garde tous les opérateurs économiques véreux qui brandissent une prétendue lettre venant du ministère de l’Economie et qui sursoit le Décret du Premier ministre. Il rappelle que les missions de contrôle vont continuer leur travail.

Cette mesure gouvernementale ne concerne pas seulement la ville de Kinshasa, mais toute la RDC.

A RE(LIRE) : Joseph Kapika appelle au respect du Décret contre la pollution plastique !

Tous les commerçants y compris les grandes surfaces ainsi que les vendeurs d’eau en sachets sont concernés. C’est pourquoi le ministre du Commerce extérieur a pris part à cette réunion. Car, il doit renforcer les mécanismes de contrôle aux frontières pour que les opérateurs économiques n’importent plus des sachets non biodégradables en RDC.

Le ministre de l’Industrie, quant à lui intervient dans les usines où sont fabriqués ces sachets non biodégradables pour les pousser à en fabriquer ceux qui sont conformes. En enfin, le ministre de l’Economie, lui, doit se rassurer au niveau de la consommation de la population.

Nadine FULA | Zoom Eco

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :