RDC : le Revenu national brut par habitant a baissé de 10 USD en 2017
Connect with us

a la une

RDC : le Revenu national brut par habitant a baissé de 10 USD en 2017

Published

on

Le Revenu national brut par habitant (RNB) a baissé de 10 dollars américains en RDC entre 2016 et 2017 (voir graphique). Il est passé de 460 USD à 450 USD. D’après la Banque mondiale, ce niveau maintient la RDC parmi les économies à « faible revenu » pour l’exercice 2019. Pour atteindre le seuil de « Revenu intermédiaire de la tranche inférieure », ce RNB devrait être relevé de 546 USD.

En effet, les économies à faible revenu sont définies comme celles dont le RNB par habitant, calculé selon la méthode de l’Atlas de la Banque mondiale, est de 995 dollars ou moins en 2017. Les pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure sont ceux dont le RNB par habitant est compris entre 996 et 3 895 dollars. Les économies à revenu moyen supérieur sont celles dont le revenu national brut par habitant se situe entre 3 896 et 12 055 dollars. Enfin, les économies à revenu élevé sont celles dont le RNB par habitant est de 12 056 dollars ou plus.

Un graphique de cette classification indique que clairement que la RDC demeure encore un pays à faible revenu. Même si les efforts considérables ont été fournis dans la dernière décennie pour relever le niveau du RNB par habitant de 290 à 460 dollars américains. Et ce, avant de baisser de 10 dollars en 2017.

En Afrique, la RDC est le septième pays, en ex æquo avec la Gambie, à avoir une économie à faible revenu. Derrière ces deux états, il y a notamment le Burundi (290 USD), le Malawi (320 USD), le Niger (360 USD), le Libéria (380 USD), la Centrafrique  (390 USD) et le Madagascar (400 USD).

Dans cette même catégorie des pays à faible revenu, ils sont tous devancés par respectivement par l’Ouganda (600 USD), le Burkina Faso (610 USD), le Togo (610 USD), le Tchad (630 USD), la Guinée Bissau (660 USD), le Rwanda (720 USD), l’Ethiopie (740 USD), le Mali (770 USD), le Benin (800 USD), la Guinée (820 USD), la Tanzanie (905 USD), le Zimbabwe (910 USD) et le Sénégal (950 USD).

Parmi les pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure, la Banque mondiale classe la Zambie (1 300 USD), le Cameroun (1 360 USD), la République du Congo (1 360 USD), le Kenya (1 440 USD), la Côte d’Ivoire (1 540 USD), le Nigéria (2 080 USD), le Soudan (2 379 USD), le Maroc (2 863 USD), l’Egypte (3 010 USD), l’Angola (3 330 USD) et la Tunisie (3 500 USD).

Quant à la Namibie (4 600 USD), l’Afrique du Sud (5 430 USD), la Lybie (6 540 USD) et le Gabon (6 610 USD) font partie des pays africains à revenu moyen supérieur dans la même catégorie que le Brésil qui a 8 580 USD de RNB par habitant.

La même classification de la Banque mondiale indique qu’aucun pays africain ne fait partie des économies à revenu élevé comme la France (37 970 USD), la Belgique (41 790 USD), les USA (58 270 USD), le Qatar (61 070 USD), le Luxembourg (70 260 USD) et la Norvège (75 990 USD). La Suisse demeure au sommet des économies mondiales avec un RNB par habitant de 80 560 USD.

Bien au delà, la RDC n’est pas le seul pays à connaître cette régression de 2,17% de son RNB par habitant représentant 10 USD. L’Angola, pourtant pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure, a vu également son indice baisser de 120 USD passant de 3 450 USD en 2016 à 3 330 USD en 2017. La République du Congo a connu le même cas. Son RNB a chuté de 340 USD (soit de 1 700 USD à 1 360 USD) sur la même période. Autant que la Guinée Equatoriale qui a vu sa cotation régresser de 1 190 USD (soit de 8 250 USD à 7 060 USD).

Dandy Matata : «il est temps de neutraliser la rhétorique politisante de l’élite congolaise»

Il est vrai que le RNB comme le Produit intérieur brut (PIB) sont des indicateurs quantitatifs, qui passent sous silence les aspects qualitatifs du bien-être et ne prennent pas en compte les inégalités dans la distribution du revenu.

L’enjeu pour la RDC, d’après son Plan stratégique national de développement présenté par le directeur de cabinet du chef de l’Etat le 22 février 2016, est de tout mettre en œuvre pour faire partie des économies à revenu intermédiaire en augmentant le niveau du revenu national à 2 000 USD par habitant d’ici 2035. Si des efforts considérables sont attendus pour atteindre le niveau intermédiaire, aucune croissance négative ne peut être tolérée dans ce cas d’autant plus qu’elle creusera davantage l’écart avec la cible et repoussera l’échéance de l’émergence.

Eric TSHIKUMA | Zoom Eco

A RE(LIRE) :

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :