Connect with us

a la une

RDC : les quatre priorités des investissements durables !

Published

on

Le capital humain, l’agriculture, les infrastructures et l’industrie de transformation sont les quatre priorités des investissements durables et porteurs de croissance en Rd Congo. A ce sujet, la Banque africaine de développement préconise une série de mesures politiques susceptibles d’accroître la capacité des économies du continent à créer des emplois et à soutenir la croissance par l’augmentation de la productivité et des revenus.

Si l’Etat congolais  veut réellement prendre le chemin d’une croissance rapide et forte, son gouvernement doit orienter ses investissements de manière prioritaire dans les quatre secteurs précités.

« L’investissement d’une bonne partie de rentrées fiscales et des ressources minières dans les infrastructures, dans la recherche et le développement, avec les hommes et les femmes en bonne santé, va permettre à la RDC d’obtenir l’accélération de la croissance », a affirmé le gouverneur de la Banque centrale du Congo, Deogracias Mutombo.

Agir dans les infrastructures, et dans le savoir va permettre la croissance des facteurs de production et du produit intérieur brut. Ce qui va sans nul doute permettre au pays de tirer profit du dividende démographique.

Bien plus, l’état actuel de l’économie congolaise, fondé sur une relative stabilité financière, consolide la conviction des experts de la banque centrale à être optimistes quant aux perspectives de l’année 2018 et 2019.

Al Kitenge : «100 milliards USD pour un budget quinquennal de l’État, c’est possible »

Dans un élan de construction et de consolidation de la croissance, la Banque africaine de développement préconise un certain nombre d’interventions aux pays du continent. Lesquelles actions sont à mener simultanément par des gouvernements tels que celui de la RDC.

Il s’agit avant tout de l’amélioration du cadre réglementaire par la suppression des réglementations inutiles, complexes et contre-productives.

Ensuite, du ciblage des activités économiquement viables ; de l’investissement dans les industries à haut rendement ; de l’attrait des investisseurs étrangers ; de l’accession aux chaines de valeur mondiales ; de la construction des zones économiques spéciales et des parcs industriels performants ; l’investissement dans les infrastructures ; de la modernisation du secteur agricole.

Et enfin, du renforcement du capital humain.

Zoom Eco

A RE(LIRE) :

RDC : fondamentaux de l’économie, les sept chiffres de février 2018

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :