Connect with us

a la une

RDC : l’importation du sucre blanc suspendue pour six mois à l’ouest du pays !

Published

on

Toute importation du sucre blanc dans la partie ouest de la Rd Congo est suspendue pour une période de six mois. La décision est du ministre d’Etat du Commerce extérieur, Jean Lucien Bussa. Il l’a matérialisé par un arrêté ministériel N039 du 30 avril 2018. Objectif : protéger la production de l’industrie locale, notamment la sucrière de Kwilu-Ngongo, qui fait face à la concurrence déloyale des produits importés.

Cependant, d’après la même décision ministérielle, toute importation en cours, initiée avant la signature du présent arrêté, peut  bénéficier d’une dérogation accordée par le ministre ayant le Commerce extérieur dans ses attributions. Le  requérant est tenu, dès lors, pour ce faire de porter sa demande de dérogation à la connaissance de l’autorité  ministérielle précitée endéans les 30 jours à daté de la publication du présente arrêté au journal officiel.

Jean-Lucien Bussa : « l’industrie locale doit être protégée par l’Etat »

Les Associations sans but lucratif et les Etablissements d’utilité publique détenteurs d’un arrêté interministériel des ministres du Plan et des Finances sur les facilités à caractères administratif, technique, financier bénéficieront d’une dérogation accordée par le ministre ayant le Commerce extérieur dans ses attributions à condition qu’ils portent à sa connaissance ledit arrêté interministériel et toutes les pièces justificatives des produits à importer.

Toutefois, en cas de nécessité, le ministre du Commerce extérieur peut accorder la dérogation au requérant en vue de suppléer au déficit de l’offre locale. Les importations à effectuer en exécution des accords commerciaux bilatéraux n’entrent pas dans le champ d’application du présent arrêté.

“Sans préjudice des sanctions que les agents  des services et organisations publics habilités à exercer aux frontières de la RDC pourront encourir conformément à la législation en vigueur, les produits importer en violation des dispositions du présent arrêté  seront réexpédiés ou détruits à charge du contrevenant”, prévient le ministre Jean Lucien Bussa. 

Pour le ministère du Commerce extérieur, il est question de protéger et de permettre à l’industrie sucrière de jouer son rôle.  En prenant cette mesure, le gouvernement congolais donne à cette industrie la possibilité de mettre en mouvement son potentiel, ses capacités de sorte que l’offre nationale de ses produits soit de plus en plus importante et que la demande nationale soit satisfaite par cette offre.

Des importations, dans ce cas, seront plus tard nécessaires pour compléter l’offre nationale.

Emilie MBOYO | Zoom Eco

A RE(LIRE) :

Jean Bamanisa : « l’industrie congolaise n’a pas d’impact efficace sur la croissance économique »

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Edito

Advertisement