Connect with us

a la une

RDC : Aubin Minaku est-il complice de la mauvaise gestion des finances publiques ?

Published

on

Il aurait fallu que la pétition pour la déchéance du Président de l’Assemblée Nationale, Aubin Minaku, déposée par une frange de ses collègues, soit examinée de fond en comble par l’Assemblée plénière pour avoir la réponse à cette question. Ce débat évité  grâce à une motion incidentielle est désaprouvé notamment par les élus de la Majorité Présidentielle. Bien que rejetée ce samedi 21 Octobre 2017, la pétition signée par 52 députés nationaux de l’Opposition reproche à Minaku de poser des actes frisant la complicité avec le Gouvernement dans la mauvaise gestion des finances publiques de l’Etat.

Si son insouciance déplorée a eu pour conséquence la non maîtrise par l’Autorité Budgétaire de l’exécution du Budget de l’Etat, sa complaisance dénoncée se justifie, quant à elle, par l’absence de sanction parlementaire pour mauvaise exécution du Budget.

Revenant sur les aspects financiers de cette pétition, les signataires se sont opposés au mode de gestion « partisan » de la Chambre basse du Parlement par Aubin Minaku exerçant également les fonctions du Secrétaire Général de la Majorité Présidentielle.

« L’exécution conforme du Budget par le Gouvernement est le dernier de souci du Président de l’Assemblée Nationale. En effet, que le Gouvernement exécute ou pas le Budget voté par le Parlement, le Président de l’Assemblée Nationale ne s’en préoccupe pas. Que le Gouvernement applique ou pas le taux de change du franc congolais par rapport au dollar américains, prévu dans la loi des Finances, cela n’émeut nullement le Président de l’Assemblée Nationale. Que certaines Institutions de la République consomment plus que les crédits leur alloués, ou que d’autres ne soient pas servies comme prévu dans le budget, le Président de l’Assemblée Nationale n’est pas du tout dérangé. Que la Cour de comptes, dans ses différents rapports conclut à une exécution non orthodoxe du Budget par le Gouvernement ou pas, le Président de l’Assemblée Nationale trouve normal », ont – ils dénoncé.

Face à cette léthargie du Temple de la Démocratie, soutiennent les pétitionnaires, le Gouvernement s’est permis, sur l’ensemble de la législature, de payer pour plus d’un milliard de dollars, des projets non inscrits au Budget. Allusion faite notamment à Bukangalonzo, Immeuble intelligent, etc.

Et d’insister : « Ainsi s’explique le détournement à d’autres fins de l’essentiel des crédits budgétaires votés cinq ans durant en faveur de la CENI dont les difficultés financières sont à ces jours présentées comme obstacles à la bonne évolution du processus électoral ».

En plus du contrôle budgétaire défaillant, le contrôle Parlementaire fait également partie des reproches. D’après les signataires de la pétition, le Président de l’Assemblé nationale accepte la constitution des commissions d’enquêtes mais il s’abstient de programmer la présentation de son rapport à l’Assemblée plénière dès lors qu’il se rend compte qu’il est défavorable à sa famille politique.

Ils évoquent « le cas de la commission d’enquête mise sur pied pour vérifier le falsification d’une loi d’habilitation votée par le Parlement et promulgués par le Chef de l’Etat, dont la version publiée au Journal Officiel est différent de celle adoptée par le Parlement ».

Si la direction des débats se fait en violation de l’article 29 points 10,12, 14 et 15 du Règlement intérieur, Aubin Minaku est aussi reproché de bloquer les initiatives de loi présentées par les députés de l’Opposition au profit des projets de loi du Gouvernement, même si les propositions ont été déposées avant.

Allusion faite à la proposition de loi électorale déposée par le député Muhindo Nzangi qui, jusqu’à ce jour, n’a jamais été programmé.

Au demeurant, toutes ses accusations n’ont pas fait l’objet d’un examen de fond en Plénière afin d’éclairer non seulement les signataires de la pétition mais aussi le peuple congolais. C’est plutôt une motion incidentielle du député de la Majorité Présidentielle François Nzekuye, relevant quelques irrégularités de forme, qui a balayé cette pétition.

Désapprouvant cette pratique, le député de la Majorité Présidentielle, Henri Thomas Lokondo a estimé qu’éviter le débat est un signal qui terni l’image de la RDC.

« Je ne suis pas de cette philosophie, de cette logique de voir toutes les pétitions et motions prises par les amis soient systématiquement arrêtées par des motions incidentielles. C’est malheureux ! J’avais des choses à dire sur la pétition, mais éviter systématiquement le débat donne une mauvaise image de l’Assemblée nationale et du pays», a dit à actualité.cd, Henri Thomas Lokondo.

Zoom Eco

A RE(LIRE) :

RDC : Juvénal Munubo initie une motion de défiance contre She Okitundu [Passeportgate]

RDC : De la Primature aux ministères, les cabinets ont été « budgétivores » en 2016 [Chiffres]

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :