Connect with us

a la une

RDC : la DGI réalise 108% de ses assignations à fin février 2018 !

Published

on

La Direction générale des impôts (DGI) a réalisé un taux de 108% de ses assignations à fin février 2018. En effet, les recettes réalisées se sont élevées à 243 milliards de CDF  sur les assignations de 224 milliards de CDF. Ces chiffres ont été révélés par le ministre des Finances à l’ouverture du séminaire des directeurs des impôts qui s’est tenu  du 1er au 3 mars 2018 à Kinshasa. «Stratégie innovantes en vue de l’optimisation de la gestion de l’impôt et de l’amélioration  des relations avec les contribuables» en était le thème central.

La tendance des deux premiers mois de 2018 est encourageante, a constaté le ministre.  En janvier, la DGI a réalisé les recettes de l’ordre de 213 milliards de CDF sur les assignations de 183 milliards de CDF, soit un taux d’exécution de 117%.

Henri Yav Mulang a exhorté les responsables de cette régie financière à bien tenir le cap, en poursuivant la stratégie mise en œuvre, des missions d’itinérance auprès des services opérationnels. Il s’agit, a-t-il rappelé, de sensibiliser les agents à l’accroissement  des recettes afin de continuer à mobiliser d’avantage les ressources fiscales susceptibles de donner à l’Etat les moyens de son action.

«En dépit des félicitations que je viens de vous adresser et au vu des résultats de 16 derniers mois, la politique des sanctions positives comme négatives devra être poursuivie, en vue  d’assainir les mœurs au sein de la régie  financière et mettre fin aux mauvaises  pratiques et autres antivaleurs souvent décriées», a déclaré le ministre.

Insistant  sur le  principe de rotation des agents et cadres, Henri Yav Mulang a souhaité qu’aucun agent et cadre ne soit  maintenu à un poste plus de trois ans afin d’éviter, la routine et la tentation de compromission avec les usagers.

A RE(LIRE) : la DGI réalise 81% de ses assignations fiscales de 2017 !

Si 2017 a vu la DGI atteindre 81% de ses assignations annuelles, cette année a enregistré des écueils liés à la gestion de la TVA dont le remboursement des crédits fait l’objet de plusieurs contingences gouvernementales.

Parmi les contraintes  auxquelles la direction générale des Impôts a dû faire face figurent notamment : la non application de la réglementation sur le numéro Impôt et l’attestation de la situation fiscale par les services publics et par les contribuables œuvrant au cordon douanier et les difficultés de recouvrement de l’impôt forfaitaire à charge des micro-entreprises.

D’après le directeur général de la DGI, José Sele, beaucoup de défis restent à relever. C’est le cas de la maîtrise du répertoire des assujettis, toutes natures d’impôts confondues, l’extension de l’application de la déclaration unique aux contribuables de taille moyenne, la réduction sensible du taux de défaillance en matière de déclaration et de paiement, le lancement effectif des télé-procédures, l’amélioration du rendement de la TVA.

Après cette réflexion, la Haute direction de la DGI devra s’atteler à la mise en œuvre des stratégies innovantes définies et approuvées en vue de l’optimisation de la gestion de l’impôt, le choix des options sur la poursuite des réformes législatives et des structures ainsi que l’encadrement des services. La finalité étant d’atteindre les objectifs fixés au cours de l’exercice 2018.

Zoom Eco

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Edito

Advertisement