RDC : LICOCO demande au PGR de se saisir du dossier Bukangalonzo ! | Zoom Eco
Connect with us

a la une

RDC : LICOCO demande au PGR de se saisir du dossier Bukangalonzo !

Published

on

La Ligue Congolaise de lutte contre la Corruption (LICOCO) demande au Procureur Général de la République (PGR) de se saisir du dossier Bukangalonzo dont des millions de l’Etat ont enrichis « illégalement » certaines autorités congolaises et les responsables du projet. Pour avoir favorisé la mauvaise gestion des 92 millions USD affectés à ce Parc Agro Industriel, ils sont sensés en répondre devant la Justice. Cet appel est fait en marge de la célébration ce samedi 9 Décembre 2018 de la Journée Internationale de Lutte contre la Corruption.

Afin de matérialiser le projet Bukanga Lonzo, un premier montant de 92 293 337 USD a été débloqué par le Gouvernement pour la construction de l’usine, l’aménagement du site et d’autres travaux d’accès au site.

La LICOCO constate que tous ces travaux avaient été confiés à des entreprises d’AFRICOM COMMODITIES « sans appel d’offre » de mis en concurrence suscitant ainsi  des soupçons de conflits d’intérêts. Ces soupçons sont confortés par le fait que les informations sur les actionnaires réels des sociétés partenaires d’AFRICOM COMMODITIES ne sont pas divulguées.

A RE(LIRE) : Bukangalonzo, des millions de dollars partis en fumée ?

Pratiques de corruption

Dans un rapport d’audit diligenté par le Ministère des Finances auprès de le Cabinet d’Audit Ernest and Young que la LICOCO s’est procuré une copie, les auditeurs ont dénoncé des pratiques de corruption dans les chefs des responsables d’AFRICOM COMMODITIES Ltd en complicité avec les autorités Congolaises.

Il a été ainsi déploré « le non accès à la documentation (notamment des contrats signés avec les partenaires)  par les auditeurs ; l’absence d’un système comptable et financier, d’organisation administrative, de gestion de stocks et informatique devant assurer un contrôle interne et une gestion efficace et transparente des opérations de la société ; les états financiers non conformes au plan comptable OHADA d’application en RDC depuis le 1 Janvier 2014 ; les violations des procédures de passation des marchés, etc. »

Par ailleurs, renseigne le Rapport, AFRICOM COMMODITIES s’est procuré la grande partie des équipements et autres matériels auprès de ses sociétés sœurs violant ainsi la loi sur la passation des marchés de la RDC.

Surfacturation et non respect des clauses

Les auditeurs d’Ernest and Young cités par LICOCO ont constaté avec stupéfaction que la plupart des fournisseurs ont vendus des équipements à AFRICOM COMMODITIES à un prix élevé que celui pratiqué sur le marché international.

Bien plus, le Gouvernement a effectué deux paiements (993 600 USD et 3,7 millions USD) en faveur de DESTICLOX pour l’amélioration de la route d’accès au site Bukangalonzo sans escompter les résultats convenus. Il était question que 14,4 Km de route soit gravillonnés depuis la route nationale jusqu’au site et que la voie d’accès de la route principale jusqu’au site C longue de 42 Km soit améliorée.

Après analyse de ces 2 paiements, les auditeurs estiment que : « La route d’accès au Parc Bukanga Lonzo n’est pas gravillonner. Cette route est en terre. Le coût unitaire de la deuxième facture est trop élevé comparé à celui de la première facture. Aucun contrat n’a été signé pour l’exécution de ces travaux. Aucune évidence de contrôle technique des travaux sur la route par les experts de l’Office de Route ou de l’Office des Voiries et Drainage ».

A RE(LIRE) : La FEC décrie les projets budgétivores du gouvernement Matata

Nécessité d’une action multipartite

La LICOCO déplore qu’avec la mauvaise Gouvernance dans la gestion du projet, l’objectif de  lutter contre  l’insécurité alimentaire des populations ne pourra pas être atteint avec les conséquences que cela causeraient sur le développement socio-économique du pays.

Par conséquent, elle recommande au Président de la République de demander à la Justice d’ouvrir des actions judiciaires contre les responsables politiques qui ont favorisés la mauvaise gestion du projet Bukanga Lonzo. Au Parlement de la République de diligenter une mission de contrôle parlementaire sur la gestion du Projet Parc de Bukanga Lonzo et interpeller les autorités politiques et administratives qui ont gérés ce projet

Aux organisations de la Société civile, la LICOCO recommande « de mettre en place des actions des plaidoyers au niveau national et en Afrique du Sud pour que les responsables du Parc Bukanga Lonzo soient poursuivis par la Justice en RDC ou en Afrique du Sud ; et d’encourager les chefs des terres de se  constituer en partie civile pour initier une action judiciaire contre  les autorités politiques qui ont favorisé la spoliation de leurs terres ».

Zoom Eco

A RE(LIRE) :

RDC : Aubin Minaku est-il complice de la mauvaise gestion des finances publiques ?

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :