Connect with us

a la une

RDC : l’Observatoire de la dépense publique réclame un collectif budgétaire 2018 !

Published

on

L’Observatoire de la dépense publique (ODEP) a invité le Gouvernement à présenter, un collectif budgétaire au Parlement, conformément aux articles 26 et 27 de la Loi relative aux finances publiques. Raison : l’envolée des prix des matières premières sur les cours mondiaux n’est plus en phase avec les prévisions budgétaires de 2018.

En effet, les cours de principaux produits de l’économie congolaise ont globalement affiché une tendance à la hausse à fin mars 2018 par rapport à décembre 2017 et par rapport à la période correspondante de la même année. L’ODEP qui a analysé cette situation haussière la présente en quatre points :

  • Le cours du pétrole (Brent) s’est établi en moyenne à 67,1 USD le baril, soit une progression de 4,7 % par rapport à fin décembre 2017.
  • Le cours du cuivre s’est fixé en moyenne à 6.966,3 USD la tonne, à fin mars 2018, soit une hausse de 16,9 % par rapport à la période correspondante de 2017 à cause notamment du maintien de la demande chinoise en ce début d’année 2018.
  • Les cours du cobalt et de l’or se sont fixés respectivement en moyenne à 82.265,5 USD la tonne et à 1.330,4 USD l’once, soit des accroissements de 83,5 % et 7,8 % par rapport à la période correspondante de 2017.
  • Les cours du blé, du maïs et du riz se sont établis en moyenne respectives de 447,7 Cts/boisseau, 137,0 USD la tonne et 12,2 cts/lb, soit des accroissements de 10,7 %, 4,2 % et 27,7 % par rapport à la période correspondante de 2017.

Ces tendances, précise l’ODEP, restent liées aux conditions météorologiques favorables à la culture et à la récolte dans les grandes zones de production, notamment aux Etats-Unis. Face à cette état de choses, les recettes de l’Etat évaluées à 5,7 milliards USD dans le budget 2018 doivent essentiellement être tirées de la fiscalité.

«Lors de l’élaboration du budget 2018, le coût moyen du cuivre revenait à 6 084,67 USD la tonne métrique ; le cobalt à 55 464,52 USD ; le baril du pétrole oscillait autour d’une moyenne de 53,98 USD, etc. La croissance économique en 2018 devrait tiré au niveau du secteur primaire par la branche (industries extractives) avec une contribution à la croissance de 2%. Le PIB ressortirait à 4,4%», rappelle l’ODEP.

Tous ces indicateurs sont actuellement en déphasage avec la réalité des prix. D’où, la nécessité de les actualiser pour rééquilibrer les recettes et les dépenses dans le budget de l’Etat.

«Ceci permettrait au Parlement d’orienter les excédents budgétaires enregistrés à d’autres dépenses prioritaires, notamment celles des élections et des services sociaux de base», préconise l’Observatoire de la dépense publique.

Ce rapport est publié à la suite d’une évaluation du niveau de réalisation des recettes et de paiement des dépenses de l’Etat au premier trimestre 2018. Pour rappel, le député national Henri Thomas Lokondo est l’un des premiers élu du peuple a exiger au gouvernement Tshibala un collectif budgétaire.

Eric TSHIKUMA | Zoom Eco 

Sur le même sujet :

RDC : des chiffres sur les « recettes et dépenses » de l’Etat de mars 2018 !

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Edito

Advertisement