Connect with us

a la une

RDC : l’urgence d’une éducation financière s’impose [chiffres]

Published

on

Seuls 21% de congolais épargnent régulièrement, 38% de salariés sont à court d’argent avant la fin du mois, 69% ne payent pas leurs dettes et 17% empruntent et investissent dans des projets de porteurs. Et le taux de bancarisation reste encore faible en RDC. C’est ce que relève une enquête ayant conduit le Programme national d’éducation financière (PNEF) à la conclusion selon laquelle les congolais ont besoin d’une éducation financière. C’est dans cette optique que le PNEF a organisé, en faveur des PME, un forum sur l’éducation financière ce mercredi 18 avril 2018 à Kinshasa.

L’objectif visé par cette formation, d’après Francis Nzondomyo, conseiller technique à la GIZ, est celui d’aider les hommes et femmes à acquérir de connaissances en matière de gestion d’argent. Au finish, changer de comportement et attitude face à l’argent. Cette éducation financière suppose des pré-requis. Il s’agit notamment de la gestion budgétaire.

A ce sujet, il est question de faire une estimation de revenus attendus et de dépenses prévues pour une période à venir. Les dépenses, quant à elles, ne doivent pas être supérieures aux revenus. 6 étapes sont indispensables pour établir un bon budget, explique le PNEF.

«D’abord, il faut passer en revue les objectifs financiers que vous vous êtes fixés ; estimer le montant de revenus par source; décider du pourcentage à affecter à l’épargne ; ensuite faire une liste de toutes les dépenses et du montant nécessaire pour chacune d’entre elles; enfin, s’assurer que les dépenses ne dépassent pas les revenus et faire des ajustements au cas échéant», a – t – indiqué.

A RE(LIRE) : Environs 4 % des jeunes disposent d’un compte bancaire

Après une bonne gestion budgétaire, recommande le PNEF, il est important de penser à l’épargne. Ce concept devrait être compris comme l’argent que l’on met de côté pour une utilisation dans le futur. Il existe plusieurs manières d’épargner. Cela peut se faire par la banque, par mobile money (Mpesa, Airtel money, etc.), par une petite caisse sous le lit, par des tontines, des coopératives et autres.

Dans tous les cas, conseillent les Experts du PNEF, que celui qui épargne s’assure que son argent est en sécurité. Et qu’il s’abstienne de garder de grosses sommes à la maison de grosses.

«Après l’épargne, il faut également avoir de notions sur le crédit qui n’est autre que l’argent que l’on a emprunté auprès d’une banque et que l’on doit rembourser à un taux d’intérêt bien déterminé et cela à une période-clé donnée», a insisté Francis Nzondomyo.

Les Experts du PNEF conseillent également de ne prendre du crédit que pour un projet de production et non pas de consommation. Cela, pour éviter d’être asphyxié par des échéances de remboursement contraignantes.

A propos des négociations financières, il est recommandé aux requérants de prendre tout leur temps pour s’imprégner et cerner tous les contours avant de contracter une dette auprès d’une banque.

Ce forum était également une occasion pour les institutions financières (Eco Bank, BCDC, UBA et IFOD) de présenter chacune ses produits aux participants. Le forum s’est clôture par la remise de brevets à ceux qui avaient suivi une formation sur l’éducation financière.

Nadine FULA | Zoom Eco

Sur le même sujet :

Isidore Lumanu : « il nous faut une centrale de risque pour les micro-crédits en RDC»

RDC : PNEF, les activités prioritaires sont évaluées à plus de 17 milliards USD

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Edito

Advertisement