RDC : menaces des sanctions "injustes", Joseph Kabila avait-il anticipé sa réaction ?
Connect with us

a la une

RDC : menaces des sanctions “injustes”, Joseph Kabila avait-il anticipé sa réaction ?

Published

on

La position du chef de l’Etat, Joseph Kabila, à propos notamment des menaces des sanctions “injustes” contre le pouvoir est connue de tous. Dans son dernier message sur l’état de la Nation, il est revenu sur cette question de manière formelle. “Ce ne sont ni des accusations gratuites et infondées ni des pressions ou menaces inconsidérées, et encore moins des sanctions arbitraires et injustes qui nous détourneront de la voie que  nous nous sommes pourtant tracée nous-mêmes, volontairement et librement”, avait – il précisé.

Était-ce une réaction anticipée à ces nouvelles menaces de sanctions américaines? Si personne ne peut l’affirmer de manière concrète, la teneur de ce message reste visiblement d’actualité. Joseph Kabila, va – t – il de nouveau se porter candidat? Sa réponse semble avoir été claire : “notre engagement à respecter la Constitution demeure [lui aussi] non équivoque”.  Zoom Eco vous propose, ci – dessous, l’extrait de son message :

Mes chers Compatriotes,

Dans le même ordre d’idées, Je me suis employé, au plan politique, à promouvoir les idéaux de la démocratie, du patriotisme et de l’indépendance nationale  pour lesquels Simon Kimbangu, Patrice Emery Lumumba et Mzee Laurent Désiré Kabila ont payé de leur vie en M’assurant que les libertés publiques ainsi que la participation politique de tous, telle que garanties par la Constitution et les Lois de la République, soient exercées, en vue d’une seule finalité, à savoir : libérer les énergies positives en vue de la cohésion nationale, et du développement de notre pays.

Aujourd’hui, notre modèle démocratique a fait ses preuves. Et tous ceux qui tentaient de s’improviser en donneur des leçons, l’ont bien compris.

Le Congo n’ayant jamais donné des leçons à personne, il n’est pas disposé à en recevoir dans ce domaine, surtout pas de la part de ceux qui ont assassiné la démocratie dans ce pays et ailleurs sur le continent.

Je me dois de rappeler, à ce sujet, que ce ne sont ni des accusations gratuites et infondées ni des pressions ou menaces inconsidérées, et encore moins des sanctions arbitraires et injustes qui nous détourneront de la voie que  nous nous sommes pourtant tracée nous-mêmes, volontairement et librement.

Le cap des troisièmes consultations électorales, fixées en décembre prochain, reste donc maintenu. Notre engagement à respecter la Constitution demeure lui aussi non équivoque.

Il s’agit pour nous, d’abord, d’honorer le sens de notre lutte ; ce pourquoi nous nous sommes tant sacrifiés avec tant d’autres compagnons tombés sur le champ d’honneur, à savoir : redonner la parole longtemps confisquée à notre peuple et libérer ses énergies en vue de rebâtir un pays souverain et indépendant.

C’est pour les mêmes raisons que nous avons tenu également à affranchir notre processus électoral des contingences du financement extérieur et, par conséquent, des chantages de tous genres, afin de créer les meilleures conditions pour notre peuple de conférer sa pleine légitimité, à ceux et celles qui sortiront vainqueurs de ces consultations.

Je réaffirme donc que désormais  les élections en République Démocratique du Congo seront, réellement une affaire de souveraineté et qu’elles seront en conséquence, entièrement financées par l’Etat congolais.

Loin de relever de la suffisance, encore moins de l’arrogance, il s’agit plutôt d’une option politique responsable qui donne un sens à notre indépendance et à notre dignité nationale.

A cet effet, J’en appelle à la vigilance et au patriotisme de la classe politique, toutes tendances confondues, afin que les prochaines élections, ouvertes du reste à tous ceux qui en réunissent les conditions légales d’éligibilité, soient un moment de célébration de la cohésion et de l’unité nationales.

Que seul le Congo puisse sortir vainqueur de ces consultations, afin que vivent la paix, la stabilité, l’unité et le développement de notre pays.

Fin de citation.

Sur le même sujet :

RDC : les chiffres de Joseph Kabila sur l’état de la Nation en 2018

RDC : les effets économiques d’un hypothétique troisième mandat présidentiel !

RDC : L’UE prolonge de 12 mois les sanctions contre 16 officiels congolais

RDC : Sanctionnés par l’Union Européenne, que perdent-ils?

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :