Connect with us

a la une

RDC : Banque congolaise, 2 708 déposants seront désintéressés dès ce 17 mai 2018 !

Published

on

Enfin, les créanciers de la Banque congolaise (BC) déclarée en faillite depuis 2011 seront désintéressés. Cette opération se fera en deux phases. La première est prévue à partir de ce jeudi 17 mai 2018 à travers deux banques commerciales de la place. L’annonce vient d’être faite par le gouverneur de la Banque centrale du Congo, Déogracias Mutombo au terme d’une réunion avec le liquidateur, Elvis Mutiri Wa Bashara.

Libération en deux phases

” Le 17 mai étant le jour de la libération de la RDC, les déposants de la Banque congolaise seront aussi libérés ce jour là après 7 ans de désespoir”, a déclaré l’autorité monétaire.

A entendre le gouverneur de la Banque centrale, cette annonce n’est pas un canular même si cette date coïncide avec un jour férié légal en RDC dit “Journée de la Révolution et des Forces Armées “.

En effet, ils sont 2 708 déposants à être concernés par cette première phase. Cet effectif représente 95% de clients de cette banque commerciale en liquidation qui  vont récupérer leur épargne à 100%. Laquelle épargne va d’une fourchette de 1 à 100 000 dollars américains.

Quant à la deuxième phase de remboursement, elle sera lancée au mois d’août prochain et va concerner les 5% restant de déposants.

« Nous attendons encore le recouvrement au près de l’Etat et des gros débiteurs mais compte tenu du faible taux prévisionnel de recouvrement au près de l’Etat et de ces gros débiteurs, le liquidateur pourra négocier cette fois là avec la catégorie de 5%, un décompte », a rassuré Déogracias Mutombo.

De la BC à la liquidation 

Avec un capital de 25 millions USD, la Banque congolaise est née en 2006 du rachat de l’Union congolaise de banques (UCB ex-UZB) qui, elle, n’a pas pu non plus échapper à la liquidation malgré son capital de 6 millions USD. La Banque congolaise dont Roger Yaghi était le président du conseil d’administration, a connu à partir de 2009 d’énormes difficultés, dues en grande partie aux créances de l’État congolais évaluée à l’époque à millions de dollars.

Malgré l’application du plan de recapitalisation, la BC a été mise en liquidation forcée le 8 janvier dernier par la Banque centrale.

300 millions USD de créances

En réalité, la Banque congolaise peinait déjà à rembourser environ 300 millions USD à ses clients et aux banques concordantes. De même que sa dette vis-à-vis de la chambre de compensation s’élevait à 34 milliards de CDF. La lourdeur de ces charges financières a suffi pour que elle soit indexée et interdite d’effectuer les opérations bancaires.

L’Etat congolais, l’un de ses actionnaires, avait repris dans le domaine public tout son patrimoine immobilier afin de le protéger contre les saisies intempestives que commençaient à opérer des créanciers. Même si certains ministres dont Joseph Kokonyangi ont été soupçonné de tentative de spoliation d’un bâtiment de la Banque congolaise.

C’est donc ce patrimoine disséminé à travers le pays dans un large réseau qui a été mis à la disposition du liquidateur désigné par la Banque centrale du Congo pour pouvoir le vendre afin de désintéresser les créanciers.

A ce jour, l’immeuble où était établie sa direction générale, au croisement des avenues des Aviateurs et de la Nation, dans la commune de Gombe a été visiblement affecté par l’Etat congolais à l’Agence nationale de renseignements (ANR).

Emilie MBOYO | Zoom Eco

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :