Connect with us

a la une

RDC : BIAC, le redressement vire à la dilapidation du patrimoine !

Published

on

[EXCLUSIF] – La mission de redressement de la BIAC vire à la dilapidation du patrimoine de cette banque en difficulté. Le Comité d’Administration Provisoire (CAP) mise en place par la Banque Centrale du Congo (BCC) brille par une gestion calamiteuse et catastrophique. Dans une correspondance parvenue à Zoom Eco, les agents de la BIAC ont lancé un cri de détresse du Président de la Commission ECOFIN de l’Assemblée nationale et au Directeur de la Surveillance des Intermédiaires Financiers de la BCC. A ces derniers, ils sollicitent un audit mixte composé des Députés, Auditeurs indépendants et Auditeurs de la BCC. Nos tentatives de joindre le patron de ce Comité Provisoire se sont avérées vaines. Nous y reviendrons !

Ci – dessous, le contenu de la lettre des agents :

Objet : CRI DE DETRESSE A LA BIAC

 

Son Excellence le Président de la commission ECOFIN de l’Assemble Nationale Monsieur Jean Luc Motokambali ;

Monsieur Jean Marcel KALUBI le Directeur de la Surveillance des Intermédiaires Financiers BCC.

Nous travailleurs de la Banque Internationale pour l’Afrique au Congo, venons lancer un cri de détresse sur l’état de notre banque.

Nous déplorons en ce jour la gestion calamiteuse et catastrophique du Comité d’Administration Provisoire de la BIAC, nous assistons à la dilapidation du patrimoine de la banque par ce dernier, or ils avaient une mission de redressement. Pendant que le Personnel est en retard de paiement de salaire de quatre mois (Aout-Novembre 2017), les Administrateurs affectés à la BIAC vivent comme des Princes avec un train de vie hors norme.

En ce jour la BIAC ressemble à une coquille vide. Les mêmes maux qu’ils prétendaient reprocher à l’ancien comité de direction c’est ce qu’ils font.

De ce fait, nous venons auprès de votre haute responsabilité solliciter un audit mixte de ce comité d’Administration Provisoire de la BIAC, pour les raisons ci-dessous :

Le partage du patrimoine automobile entre les membres du CAP.                                                                      Ils veulent récupérer les véhicules de la banque qu’ils utilisent :

– 6838 AP 01 : MWEPU

– 6839 AP 01 : KALOMBOLA

– 1979 AN 01 : TSHINENE

– 2093 AP 01 : BEKILA

– 3464 AP 01 : KAHASHA (Véhicule CFAO en location) LLD

– 5953 AP 01 : BAFIBA

Pour remplacer le véhicule CFAO en location, ils ont fait venir le véhicule de Lubumbashi pour que M. KAHASHA ne manque pas.

Dilapidation des ressources provenant des Ventes des immeubles de la BIAC.

Dilapidation des ressources provenant des ventes des immeubles d’hypothèque et de caution des clients :

  1. Nous vous prions de vérifier les dates de ces ventes, et des paiements effectifs de ces immeubles et parcelles,
  2. Lors de paiement de ces immeubles, ces ressources sont distribuées auprès de leurs amis, camarades et autres autorités moyennant un pourcentage de 20% à 50%, ces retraits se font juste après l’encaissement de ces fonds et après ils disent il y a plus rien hors le travail de recouvrement est fait par le personnel de la banque qui ont toutes les données.

Augmentation des charges du personnel.

Avant l’arrivée de ce comité la BIAC avait 1 275 agents dont 715 agents sous traitant dont le salaire moyen ne dépassent pas 275 USD. A ce jour, l’effectif du personnel de la banque a sensiblement diminué suite à plusieurs départs, des expatriés et même certains agents frustrés par ce comité et il s’élève à environ 600 agents dans toute l’étendue du pays.

Le dernier contrôle physique fait il y a deux mois à Kinshasa, l’effectif du personnel s’élevait d’environ 330 Agents à Kinshasa dont 30 cadres. Sachant l’effectif reparti de la manière suivante :

  • 50 Cadres dont le salaire moyen est de 2 000 USD ;
  • 350 Agents sous-traitant salaire moyen 275 USD ;
  • 200 autres agents salaire moyen 800 USD ;
  • Assurance santé SOS et Autres environs 60 000 USD ;

L’enveloppe salariale est d’environ 550 000 USD. Mais ce CAP ne payement pas le personnel pendant que le recouvrement est fait par nos agents.

Récemment ils ont reçu 1 000 000 USD auprès du Senat. Mais cet argent a été utilisé pour payer une partie de personnel sous traitant et distribué auprès de leurs amis et certains dignitaires moyennant une commission de 20% à 50 %. Il faut savoir que le paiement des salaires des agents à l’intérieur du pays ne dépend pas de Kinshasa et ils sont payés régulièrement avec les fonds brassés sur place.

La compression des charges est fait pour le personnel de BIAC mais pas pour les membres du CAP, dont plusieurs missions en Europe sans objet, charges d’entretien et maintenance des véhicules des membres du CAP hors norme et conformément aux caprices de chacun, octroi des marchés de prestation et autres produits aux entreprise de fortune crées par certains membres du CAP avec des factures salées (Formule 1, SASI…..)

En ce moment, ils attendent 3 000 000 USD qui doit provenir de la RAW suite l’acquisition de crédit de Médecins, si aucun encadrement est fait, cet argent servira à leur fins et nous irons aux fêtes mains bredouilles. Les organes de contrôle interne de la BIAC sont inopérant et elles n’ont rien à face à ce comité.

NOUS SOLLICITONS UNE MISSION D’AUDIT MIXTE COMPOSE DES HORABLES DEPUTES, AUDITEURS INDÉPENDANTS ET AUDITEURS DE LA BANQUE CENTRALE. NOUS SOMMES DISPOSES A VOUS FOURNIR PLUSIEURS ELEMENTS QUI JUSTIFIENT UNE GESTION CALAMITEUSE ET CATASTROPHIQUE DE CE COMITE D’ADMINISTRATION PROVISOIRE DE LA BIAC QUI EST A LA FOIS COMITE DE DIRECTION ET CONSEIL D’ADMINISTRATION (juge et Partie)

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :