Connect with us

a la une

RDC : Dans la confusion, la BIAC invite ses débiteurs à s’acquitter de leurs obligations !

Published

on

La Banque Internationale pour l’Afrique au Congo (BIAC s.a.) a invité ses débiteurs à s’acquitter diligemment de leurs obligations suivant les termes contractuels. L’appel a été lancé ce jeudi 26 janvier dans un communiqué signé par le Vice-Président du Comité d’Administration Provisoire (CAP) opposé aux propriétaires de cette banque.

Bien plus, M. Kalombola Kanginda a tenu à faire une mise au point au sujet de la propriété de l’immeuble situé au n°03 de l’avenue Colonel Ebeya dans la Commune de la Gombe à Kinshasa.

« […] contrairement au communiqué de presse du 20 janvier 2017 paru dans les médias et prétendument émis par les actionnaires de la BIAC non autrement identifiés, cette propriété, n’est pas un actif de la BIAC s.a. et de ce fait, ne fait pas partie de son patrimoine », a – t – il précisé.

Cet immeuble, dont les titres sont détenus par la BIAC s.a., poursuit – t – il, a été donné en garantie d’un crédit et, d’autre part, que sa vente a été autorisée par son propriétaire en remboursement de ses engagements.

Pour rappel, dans un communiqué rendu public mardi 24 janvier 2017, les actionnaires ont reproché au Comité Provisoire nommé par la BCC la vente jugée « illégale » des immeubles appartenant à la banque sans qualité. A ce titre, en tant que seuls propriétaires de la BIAC s.a., ils attendent l’agrément d’un liquidateur par la BCC pour procéder à l’aliénation de leur patrimoine.

BIAC_Communiqué & Contre Communiqué

Alors que le Comité d’Administration Provisoire mis en place par la Banque Centrale du Congo revendique, lui aussi, être le seul organe habilité à engager la BIAC s.a. conformément à la Loi bancaire en vigueur.

Dans cette confusion, d’aucuns s’interrogent, à qui les débiteurs de la BIAC s.a. devront – t ils se référer afin de s’acquitter de leurs obligations en toute sécurité ?

A RE(LIRE) : RDC : Autodissolution de la BIAC, la BCC s’oppose mais les Blattner font valoir le droit OHADA !

En attendant la décision de la justice pour dissiper les doutes des uns et des autres, les épargnants de cette banque commerciale continuent à broyer du noir espérant qu’elle soit dissoute et/ou rachetée par des nouveaux repreneurs afin d’être soulagés. China Tahie Bank, un groupe chinois, sa déjà manifesté ses intentions.

Zoom Eco

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Edito

Advertisement