RDC : des banques commerciales améliorent déjà leur solvabilité financière !
Connect with us

a la une

RDC : des banques commerciales améliorent déjà leur solvabilité financière !

Published

on

Standard Bank, Rawbank, Trust Merchant Bank (TMB), Equity Bank Congo, United Bank of Africa (UBA) et Bank of Africa (BOA) font partie de banques commerciales opérant en Rd Congo qui ont déjà amélioré leur solvabilité et solidité financières. Et ce, conformément à l’exigence de l’Autorité monétaire relative au relèvement du capital social minimum de 10 millions USD à 30 millions USD.

En effet, le gouverneur de la Banque centrale du Congo (BCC), Deogracias Mutombo est déterminé à relever le défi de la recapitalisation des banques commerciales de la RDC. A cinq mois du deadline (soit, le 1er janvier 2019) accordé à ces dernières pour relever leur capital social minimum, plusieurs banques s’y sont déjà conformées.

« Les banques doivent relever leur capital parce qu’elles ne peuvent pas continuer à vivre en dessous des besoins de l’économie nationale. A ce jour, plusieurs banques ont même dépassé le minimum légal exigé. C’est le cas notamment de Standard Bank, Rawbank, Trust Merchant Bank (TMB), Equity Bank Congo et Bank of Africa (BOA). Pour ne citer que celles-ci», a révélé à Géopolis Hebdo, le gouverneur de la BCC.

En effet, avec un capital minimum légal faible, les banques commerciales congolaises ont du mal à mieux financer l’économie nationale. Puisqu’une banque ne peut prêter qu’à hauteur du 25% de son capital social, avec le plafond de 10 millions USD, elle ne sera en mesure de financer que 2,5 millions USD. Alors que si elle dispose d’un capital social minimum de 30 millions USD, l’enveloppe de crédit de sa clientèle va devoir tripler pour atteindre 7,5 millions USD.

Deogracias Mutombo a rappelé les trois principales raisons de cette recapitalisation des banques. « D’abord, l’idée est de pouvoir renforcer et améliorer la solvabilité des banques. Ensuite, renforcer la résilience des banques aux chocs et aux pertes, parce que quand une banque fait une perte ou fait l’objet d’un défaut de remboursement de crédit, c’est de l’argent perdu prêté à quelqu’un. Ça devient un crédit compromis. Dans ce cas, elle est obligée de prendre de l’argent dans son capital pour suppléer. Si la banque a un capital faible, elle compromet le défaut de remboursement. Et enfin, accroître le niveau de financement de l’économie.»

Le gouverneur de la BCC se réjouit du fait que l’Association congolaise des banques (ACB) ait compris ce message. Pour preuve, soutient-il, plusieurs de ses membres sont déjà au-delà du plancher de 30 millions USD de leur capital social.

«On demande aux actionnaires d’apporter des fonds, c’est ce qu’ils font. C’est le cas des banques précitées. Equity Bank Congo est à 60 millions USD. Les autres banques avaient déjà dépassé le seuil», a rassuré Deogracias Mutombo.

A RE(LIRE) : recapitalisation de banques, le deadline fixé au 1er janvier 2019 !

En rappel, la Banque centrale du Congo (BCC) a demandé, dans une correspondance officielle du 30 septembre 2016, aux banques commerciales opérant en RDC d’augmenter leur capital social minimum de 10 millions à 30 millions des dollars américains d’ici le 1er janvier 2019. Et à partir du 31 décembre 2020, ce seuil devra encore être revu à la hausse, soit l’équivalent en francs congolais de 30 millions USD à 50 millions USD.

Une décision qui se conforme à l’article 11, alinéa 3, premier tiret de la Loi n° 003/2002 du 02 février 2002 relative à l’activité et au contrôle des établissements de crédit.

Eric TSHIKUMA | Zoom Eco

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :