Connect with us

a la une

RDC : des privés s’engagent à réduire le déficit énergétique de l’industrie minière !

Published

on

DRC Mining Week a ouvert ses portes ce mercredi 13 juin 2018 par une pré-conférence sur l’électricité. L’industrie minière, grande consommatrice de l’énergie électrique, fait face à un déficit criant de cette denrée en Rd Congo. Pour juguler cette difficulté, des privés développent des projets des centrales hydroélectriques.

Cette pré-conférence s’est axée sur le rôle du secteur public dans la consolidation du cadre réglementaire pour la production et la fourniture de l’électricité. Michel Shengo, directeur du cabinet du ministre provincial des Mines a brossé un tableau de la situation de l’énergie au Katanga.

D’après Michel Shengo, 25 à 30% du budget de la province du Haut Katanga provient des mines. Si, de manière générale, le besoin en énergie dans tout le pays est évalué à 100 000 Mégawatts, la capacité de production et de fourniture avoisine les 3 000 mégawatts seulement. Dès lors, a-t-il fait remarquer, il y a un grand déficit énergétique à combler. Entre – temps, la demande ne fait qu’augmenter alors que les infrastructures ne suivent pas.

Au grand Katanga, le déficit en énergie est évalué à 2 000 mégawatts. En attendant la solution durable qui viendrait avec Inga III, des privés ont résolu de s’engager dans la production de l’électricité. Cela, à la faveur de la Loi du 17 juin 2014 qui consacre la libéralisation du secteur de l’énergie en RDC.

Le déficit énergétique plombe l’essor de l’industrie minière !

Des nombreux projets sont en cours. Il s’agit notamment de : NR KARAVIA, NR KASAPA, le projet de développement du poste HT/MT KATUBA, du projet de réhabilitation des réseaux d’éclairage public, du projet d’implantation d’un nouveau répartiteur à Kasumbalesa, et enfin, du projet de construction d’une centrale hydroélectrique sur la rivière Luapula en partenariat avec la Zambie.

Autres stratégies face à ce déficit en énergie, c’est le recours aux centrales hybrides. Monsieur PIET JORDAAN de l’entreprise Aggreko a présenté les différentes options qu’offre cette entreprise. Elle est spécialisée dans la location de groupes électrogènes et de centrales électriques en Afrique et dans le monde. Aggreko dispose du plus important parc mondial de groupes électrogènes diesel et groupes électrogènes gaz permettant de répondre aux besoins en énergie électrique temporaire à partir de 1 mégawatt en RDC, et cela quel que soit le lieu.

Le recours aux développeurs indépendants des centrales hydroélectriques en RDC est l’une des solutions également évoquées dans le cadre de cette première journée. C’est le cas de Tembo Power, Katanga Energy et tant d’autres projets qui ne demandent qu’à être financés.

A RE(LIRE) : Tembo Power développe 5 sites hydroélectriques dans l’ex Katanga d’une capacité de 100 Mw !

Présent à DRC Mining Week, Eyob Easwaran, conseiller en transactions financières de la Banque de commerce et de développement a indiqué que sa banque est prête à financer les projets du secteur de l’énergie ne dépassant pas 200 millions de dollars américains.

Cette première journée s’est clôturée par une table ronde des patrons.

Nadine FULA, envoyée spéciale à DRC Mining

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Edito

Advertisement