Connect with us

a la une

RDC : en cas de liquidation, la Banque centrale rassure préserver l’épargne du public !

Published

on

Le gouverneur de la Banque centrale du Congo (BCC), Déogracias Mutombo a rassuré la population congolaise sur le fait que son institution veille à la préservation de l’épargne du public lorsqu’elle décide de la liquidation d’une banque commerciale en RDC. Depuis 2017, l’autorité monétaire, en accord avec des liquidateurs, a procédé au remboursement des épargnes des déposants des banques déclarées en faillite.   

La première a concerné la Compagnie bancaire du commerce et de crédit (COBAC) dont la liquidation avait été décidée en 1998. C’est 20 ans plus tard, soit en 2018, que les déposants ont été remboursés.

La deuxième banque est la Fibank dont la liquidation a été décidée par la Banque centrale en 2017.

« Il nous a fallu 6 mois seulement pour que nous aboutissons à une reprise et à une préservation de l’épargne des déposants et tous ont recouvré les avoirs. Un nombre d’entr’eux se retrouvent dans une banque de la place », a expliqué Déogracias Mutombo cité par Forum des As.

La troisième banque sera la Banque congolaise (BC) en liquidation depuis 2011. 7 ans après, 95% des déposants ayant 1 à 100 000 dollars américains vont devoir récupéré leurs dus. Et au mois d’août prochain, les 5% restant entreront également en possession de leur épargne.

A RE(LIRE) : Banque congolaise, 2 708 déposants seront désintéressés dès ce 17 mai 2018 !

S’agissant de la BIAC, le gouverneur de la BCC a estimé qu’il est souhaitable de trouver un repreneur.

« Mais si d’ici la fin de cette année, le repreneur ne se présente pas, la Banque centrale du Congo va envisager une liquidation forcée », a prévenu Déogracias Mutombo.

Pour le régulateur de l’activité bancaire en RDC, cette démarche vise à maintenir la confiance du peuple dans le système financier national et la promotion de l’inclusion financière.

Zoom Eco

Sur le même :

Deogracias Mutombo : « Le premier mauvais client qui fait chuter les banques, c’est l’Etat […] »

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :