Connect with us

a la une

RDC : Publication des résultats de l’EXETAT, le monopole de Vodacom n’existe plus depuis l’an dernier !

Published

on

Le monopole de « fait » reconnu à Vodacom Congo pour la publication des résultats de l’Examen d’Etat (EXETAT) n’existe plus depuis près d’une année, révèlent à Zoom Eco des sources concordantes. Dès lors que l’option a été levée, au premier semestre de 2016, de commun accord avec le Gouvernement congolais pour que les opérateurs télécoms partagent la plate-forme développée par Vodacom Congo qui en est propriétaire exclusive.

Nouveau Deal
Tout serait parti de la disponibilité de Vodacom Congo, initiatrice du business model, à ouvrir des parts du marché aux opérateurs télécoms concurrents pour exploitation de cette plate-forme dont l’opération est rémunérée au coût du SMS à l’échelle du nombre d’abonnés qui voudront accéder au service.

Pour ce, Vodacom a posé ses conditions qui vont dans le sens que les autres opérateurs se greffent à elle pour cette exploitation commune. En dépit de fortes dissensions, des négociations ont été ouvertes sous l’œil vigilant du Gouvernement. Un accord de principe aurait été trouvés et des travaux techniques avaient été menés, apprend – t – on. De toutes les sociétés télécoms, seule Airtel Congo serait prête pour la mise en œuvre à partir de cette année 2017 en cours. D’où, le sens du nouveau deal !

Propriété de la marque

La publication des résultats de l’EXETAT par téléphone mobile en RD Congo est une propriété exclusive de Vodafone, renseigne une source proche du dossier. Et Vodacom Congo qui exploite cette plate-forme semble être, selon la même source, disposée à partager les parts de ce marché de millions d’abonnés en tenant compte de ce statut pour autant que les congolais continuent à bénéficier de ces différentes facilités.

Par conséquent, même si le contrat qui lie Vodacom au Gouvernement touchait à son terme l’exploitation de cette création protégée sans le consentement de Vodafone aura incontestablement des répercussions négatives sur quiconque qui s’hasarderait.

Bonne gouvernance
Si l’accès au service de la plate-forme coûte le prix du SMS régulier pour l’utilisateur, les revenus générés de ce flux d’abonnés sont destinés, selon le mécanisme mis en place par Vodacom Congo, à financer des projets visant l’amélioration du système éducatif. Donc, cet argent ne peut être décaissé que si le gouvernement présentait un projet réel que Vodacom va financer.

C’est le cas avec l’amélioration des conditions dans les Centres de tri et de compilation (informatisé et sécurisé), la construction de l’Inspection Générale de l’EPSP, etc. Il y a lieu, qu’avec l’arrivée d’autres opérateurs dans le deal cette année, que ce mécanisme de bonne gouvernance qui, selon certaines langues semble dérager, soit de stricte observance.

Cela ne devrait pas être une affaire entre individus [interlocuteurs] à vouloir pour se partager du cash, a commenté un expert télécom indépendant. Entre-temps, Zoom Eco cherche à mettre la main sur le contrat entre Vodacom Congo et le Gouvernement ; lequel contrat aurait, selon des sources proches de cette société, bénéficié d’un moratoire à son expiration en juin 2016.

A tout prendre, le Ministre de l’EPSP qui s’offre un coup de com’ en se présentant comme le libérateur du secteur de la diffusion des résultats de l’EXETAT est appelé à gérer ce dossier avec plus de responsabilité afin de ne pas bloquer la machine qui roule à vive allure. Cela vaut également pour les opérateurs télécoms sensés tenir compte des intérêts des usagers de ce système d’accès aux résultats par des mécanismes simplifiés. Affaire à suivre !

Zoom Eco

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :