Connect with us

a la une

RDC : Soupçons de «mascarade» dans un appel d’offres de KCC (Glencore) !

Published

on

RDC : Soupçons de «mascarade» dans un appel d'offres de KCC (Glencore) !

Le géant minier Glencore est soupçonné d’organiser une mascarade dans un dossier d’appel d’offres à travers sa filiale basée en RDC, Kamoto Copper Compagny (KCC). Ce véritable scandale décrié dans le milieu des miniers révèle le copinage et la complaisance dans un processus de recrutement d’un sous-traitant minier voulu transparent et crédible. A la clé un contrat de près de 700 000 USD par mois pour une durée de 5 ans.

D’après un observateur proche du dossier, KCC avait lancé un Appel d’Offres pour recruter une société de sous-traitance qui devait lui fournir le catering et d’autres services de construction des infrastructures. Plusieurs sociétés ont ainsi concouru et les dossiers dont été traités.

Si un classement en ordre d’utilité avait été opéré du 1er au 3ème au terme de l’examen des dossiers, la grande surprise aura été l’inversion de l’ordre d’arriver. En effet, rapporte la même source, depuis le 2 janvier 2018, la société positionnée comme 3ème dans la short-list à été celle qui à gagné le marché « sans avoir gagné l’appel d’offres ». Ce qui a soulevé les protestations dans le milieu des sous-traitants miniers et éclaboussé la société mère Glencore.

Pour certains, les relations qui existeraient entre l’un des postulants et l’un des managers de Glencore basée en Suisse auraient prévalues dans l’attribution de ce marché. Cherchant à creuser davantage, ils se posent la question de savoir si jamais le postulant choisi en toute complaisance pouvait échouer. Car, soutiennent-ils, KCC avait déjà construit un bâtiment dans un terrain du prétendu postulant à Lubumbashi et que ce dernier l’aurait abandonné sans une quelconque contrepartie de la société minière.

En attendant la version de faits de KCC que nous avions tenté de joindre sans succès, des voix s’élèvent, dans le milieu des sous-traitants miniers, pour condamner cette pratique de mascarade dans la passation des marchés.

Vu la notoriété de Glencore qui jouit de la présomption dans la maîtrise des règles en la matière, face à un cas pareil, d’aucuns pensent que sa filiale KCC aurait du envisager le « gré à gré » plus tôt que de livrer ce scandale qui l’éclabousse à ce jour.

Seuls, les responsables de KCC sont habilités à apporter de l’éclairage sur ce dossier. Nous y reviendrons.

Zoom Eco

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :