Connect with us

a la une

RDC : vers la délocalisation des habitants autour de la mine de Tshipuki à Kolwezi

Published

on

La compagnie minière de Tondo s’achemine vers la clôture de l’opération de l’identification des maisons et terrains à délocaliser autour de la mine de Tshipuki à Kolwezi. D’après l’équipe mixte d’évaluateurs commise à cette tâche, 314 maisons ont été déjà identifiées pour l’indemnisation. Elle va rendre son Rapport préliminaire ce lundi 9 juillet 2018.

Des membres de la société civile, du Cadastre, des Titres immobilier, du ministère de Mines ainsi que ceux du comité de Délocalisation y font partie. Objectif : identifier et évaluer la valeur de chaque terrain et habitation pour le dédommagement.

« Le travail d’identification est colossal. Car, au-delà des 314 maisons préalablement identifiées, il y a aussi des terrains vides et des champs. Mais, il reste encore beaucoup des maisons et terrains à identifier. L’équipe d’évaluateurs est obligée de travailler au plus vite. Compte tenu de l’impatience des habitants et le besoin imminent de l’entreprise de démarrer ses travaux», a déclaré Mike Lameki, secrétaire de l’ONG Linapedho du Lualaba cité par le magazine La Guardia.

Les travaux se sont poursuivis durant tout le week-end dernier afin d’être en mesure de respecter le délai imparti à ce travail.

Après l’identification, l’étape suivante consistera en l’évaluation des propriétés en vue de parvenir à l’indemnisation des concernés le plus rapidement possible.

D’après Mike Lameki, « les habitants attendent seulement leur argent, ils sont très impatients et parfois furieux quand ça traîne. »

Tshipuki, situé à proximité de la grande cité de Musonoie à kolwezi dans le Lualaba, a été parmi les deux sites déclarés en mars 2017 “Zone rouge”, c’est-à-dire zone interdite d’exploitation minière artisanale par le gouvernement provincial.

Sa localisation, en plein espace résidentiel, favorisait la présence des enfants et des femmes vulnérables sur ces lieux d’intenses activités d’exploitation artisanale.

Agnès KAYEMBE | Stagiaire Zoom Eco

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :