Connect with us

a la une

Kinshasa : vers l’insertion d’une taxe « salubrité » dans la facture de l’eau

Published

on

Il faut au moins 12 millions de dollars chaque mois pour assainir la ville de Kinshasa. Une taxe sur la salubrité sera bientôt insérée dans la facture de l’eau. Les termes du protocole d’accord sont en cours d’harmonisation entre la Regideso et le gouvernement provincial de Kinshasa. Après son approbation, cette convention sera entérinée par un arrêté du ministre en charge de l’économie nationale.

« Il y a un problème. Pour assainir une ville de 12 ou 13 millions d’habitants, cela implique de gros moyens financiers. Nous avons besoin de 12 millions de dollars pour rendre cette ville de Kinshasa propre », a déclaré le gouverneur André Kimbuta Yango au terme d’une récente séance de travail avec le ministre d’Etat en charge de l’Economie, Joseph Kapika.

Pour illustrer la hauteur de la contribution de chaque ménage abonné à la Régideso, le patron de la ville a évoqué un montant symbolique de 2 000 ou 3 000 CDF par mois.

D’où viendra ce fonds alors?

A cette question, André Kimbuta rappelle que les ménages sont les plus grands producteurs d’immondices. Ils en produisent chaque jour autant qu’ils les jettent n’importe où. Cependant, a – t – interpelé, ils ne se posent jamais la question de savoir : quelle est leur contribution pour assainir la ville ?

Cette réponse dit tout. Puisque les ménages kinois sont les plus grands producteurs et pollueurs d’immondices, ils ont l’obligation de payer cette taxe.

En effet, le protocole d’accord entre la Regideso et la ville de Kinshasa va déterminer le montant de la taxe à payer par chaque ménage. Ce qui aura sans nul doute pour conséquence l’augmentation de la facture d’eau. D’où, la nécessité de tenir compte du pouvoir d’achat de la population.

« Comparez les 2 000 ou les 3 000 CDF aux coûts des soins médicaux quand vous êtes atteints de la malaria et de la typhoïde, ou encore au prix du cercueil et des matanga. Je crois qu’il y a moyen d’éviter toutes ces dépenses en disant : chassons la saleté. Nous aurons chassé les moustiques et toutes les maladies causées par l’insalubrité. N’ayons toujours pas peur d’une taxe qui s’ajoute, voyons plutôt le bien fait de cette taxe », a rassuré le ministre d’Etat, Joseph Kapika.

Le gouvernement compte sur la réussite de cette opération grâce à la Regideso qui semble couvrir 70% de ménages kinois.

Nadine Fula & Berm’s Bamba

Sur le même sujet :

RDC : 4 services de l’état chargés de financer la salubrité publique

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :