Connect with us

a la une

RDC : Après l’aveu d’Albert Yuma, qu’est-ce qui devrait changer à la Gécamines ?

Published

on

RDC : Après l’aveu d’Albert Yuma, qu’est-ce qui devrait changer à la Gécamines ?

« L’Etat aurait dû recevoir 768 millions de dollars. Mais l’Etat n’en a pas, car nos partenaires ont toujours fait en sorte que les comptes d’exploitation soient perdus d’année en année », a déclaré le Président du Conseil d’Administration de la Gécamines. Cet aveu d’Albert Yuma intervient après que sa comptabilité ait été contestée par des rapports américains et britanniques.  Pour des analystes avertis, il y a lieu de tout mettre en oeuvre pour que la « transparence mette fin à l’opacité de gestion décriée, l’audit de partenariats se fasse de manière indépendante et que les responsabilités des acteurs impliqués soient établies »

D’après AFP, cette société minière publique a accusé lundi ses partenaires étrangers de l’avoir « volé ». Le patron de la Gécamines, Albert Yuma a déclaré avoir demandé à la société d’experts-comptables Ernst & Young de «repenser» l’organisation de la Gécamines afin de mieux contrôler les partenariats étrangers. D’après lui, le défi pour la RD Congo est de prendre le contrôle de ses minerais, « comme il y a 40 ans nos frères arabes ont bénéficié du contrôle de leur pétrole ».

La RDC qui produit du cobalt sera au centre des enjeux économiques et stratégiques mondiaux d’autant plus qu’il s’agit du «matériau le plus recherché au monde». Conscient de cette donne, le Président du Conseil d’Administration de la Gécamines a souligné que : « la prochaine guerre mondiale se disputera sur le contrôle du cobalt ».

A RE(LIRE) : Gecaminesgate, Juvénal Munubo invite le Ministre des Mines à l’Assemblée nationale

Si cette démarche préconisée par Albert Yuma est nécessaire pour l’avenir, encore faudrait – il que l’Etat – Propriétaire s’investisse sérieusement pour la mise en œuvre, d’aucuns pensent qu’elle n’est pas suffisante au regard d’énormes sommes d’argent constituant le manque à gagner. D’abord les 768 millions USD évoqués par Albert Yuma Mulimbi ; ensuite, le cumul de la quinzaine d’années  à évaluer avant d’en connaitre le sort.

« Au cours des 15 dernières années, nos partenaires nous ont trompés et nous ont volé, ce qui doit cesser », a insisté Albert Yuma.

Cette révélation vient crédibiliser les différents rapports des ONG internationales qui ont souvent critiqué l’opacité de gestion et le coulage de recettes de la Gécamines pendant que ses dirigeants, avec en – tête Albert Yuma, ont toujours joué à la défensive. Toutefois, il existe certainement une part de vérité de part et d’autre qui nécessité d’être révélée.

« Mal négocier une Joint-Venture minière, c’est une chose à régler avec le temps puisque les engagements ont été pris librement pour être respectés entre parties. Les partenaires de la Gécamines ne sont pas non plus de saints. Mais il faut faire la part de choses. Nous sommes face à un problème de gestion des revenus de la Gécamines. Les dirigeants de cette société devraient rendre compte de leur gestion et en tirer les conséquences. Des enquêtes devraient être initiées par des instances habilitées. Le Parlement devrait se saisir du dossier », a déclaré un Opérateur minier sous l’anonymat.

En Juillet, l’ONG britannique Global Witness a qualifié le secteur minier congolais de «distributeur automatique» du régime de Joseph Kabila, qui est au pouvoir depuis 2001. Et au début de Novembre, l’ONG américaine Carter Center a estimé qu’un total de 750 millions de dollars généré par la production minière entre 2011 et 2014 n’a pas de traces fiables dans les comptes de la Gécamines.

Zoom Eco

A RE(LIRE) :

RDC : Coulage « à ciel ouvert » de 750 millions USD à la Gécamines !

Jimmy Carter : «La RDC peut surmonter l’héritage de mauvaise gestion et de corruption…»

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :