Connect with us

a la une

RDC : Contentieux FPI, 4 personnes déjà entre les mains de la Justice !

Published

on

Le Fonds de Promotion de l’Industrie (FPI) a ouvert une action en Justice contre ses débiteurs. Dans ce premier lot figure : l’entrepreneure de nationalité belge Christiane Van Der Haegen qui a vainement tenté de quitter le pays, et son fils Georges Jacofides débiteur de 2 millions USD pour un projet non réalisé. Le Conservateur des titres immobiliers de la Gombe et un Agent de la Division Juridique du FPI sont également interpellés. Ils doivent se justifier au sujet de la disparition du titre de propriété, mis sous hypothèque, des archives des affaires foncières et du FPI.

Nous l’annoncions dans nos précédentes livraisons, le sujet belge dont l’identité n’a pas été révélée et débiteur de 3 millions USD du FPI se nomme Christiane Van Der Haegen. D’après nos sources, cette promotrice serait internée au Centre Médical de Kinshasa pour des raisons de santé. Et ce, après son arrestation intervenue au Beach Ngobila à Kinshasa.

Entre-temps, le Procureur Général près la Cour d’Appel de Kinshasa/Gombe poursuit l’instruction du dossier. Des interpellations s’enchaînent dans le cadre de ce vaste scandale politico-économique autour du FPI.

Christiane Van Der Haegen, 3 millions USD

Pour le compte de la société TRADEXIM, Madame Christiane avait sollicité et obtenu un financement du FPI pour le montage d’une usine de concentré de tomate et des jus à Kinshasa. Le contrat de prêt N°873 a été signé le 7 Juin 2013 et la première échéance de remboursement devrait intervenir le 5 Juin 2015.

D’après le Rapport d’enquête parlementaire sur la Gestion du FPI, ce délai a été dépassé sans que la société n’ait ni réalisé le projet encore moins remboursé le crédit.

Georges Jacofides, 2 millions USD

Fils de Christiane Van Der Haegen de la société Tradexim, Georges Jacofides a bénéficié du financement de 2 016 743,52 USD du FPI en Novembre 2013 pour l’achat d’équipements d’une imprimerie de la société Media Print. Au regard des prescrits du contrat, la première échéance  de remboursement devrait intervenir le 30 Avril 2015.

« A défaut de le rencontrer, votre commission a visité les lieux renseignés dans le contrat de prêt. Elle y a trouvé un bâtiment érigé avec comme enseigne MEDIA PRINT SPRL mais sans machines d’imprimerie. Votre commission note que ce projet n’est pas réalisé et aucun remboursement n’a été effectué », indique le Rapport parlementaire.

Titre de propriété volatilisé

Le FPI s’est plaint de la disparition du titre de propriété de Christiane Van Der Haegen dans les archives du Cadastre de Lukunga alors qu’il était mis sous hypothèque. Même dans les archives du FPI, aucune trace de ce titre de propriété n’a été retrouvée. D’où, les soupçons d’un vol en bande organisée en complicité avec des agents de l’Etat.

D’après nos informations, le conservateur des titres immobiliers de la Gombe et un Agent de la Direction Juridique du FPI seraient interpellés par la justice afin de pouvoir se justifier quant à ce.

Dans l’opinion, des voix s’élèvent pour exiger que cette action judiciaire soit étendue sur tous les débiteurs, y compris des acteurs politiques comme Kin Key Mulumba, Celestin Mbuyu Kabango et Aimé Ngoyi Mukena ainsi que plusieurs autres membres de familles des acteurs politiques congolais. Car, tous, doivent rembourser l’argent du FPI afin de lui permettre de financer la promotion des petites et moyennes industries congolaises.

Pour rappel, les impayés (à fin 2017) du portefeuille-prêts du FPI à recouvrer se chiffrent à plus ou moins 162 millions USD.

Zoom Eco

A RE(LIRE) :

RDC : Des lobbies « politiques » luttent pour la disparition du FPI !

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :