Connect with us

a la une

RDC : Gécamines, les 6 chiffres de la Gestion financière de 2009 à 2015 !

Published

on

En réaction au Rapport – Critique du Centre Carter intitulé : « Affaire d’Etat : Privatisation du secteur du cuivre au Congo », la Direction Générale de la Gécamines a levé un pan de voile sur quelques chiffres de sa gestion financière. Lesquels chiffres comptent pour la période comprise entre 2009 et 2015. Ils ressortent des rapports qui, selon la Gécamines, sont certifiés par les Commissaires aux comptes et des Cabinets d’audit internationaux. Zoom Eco revient sur ces 6 chiffres officiels :

  • 1 294 125 346 USD des revenus des partenariats ont été encaissés par la Gécamines sur la période 2009-2014 ;
  • 372 122 443 USD est la hauteur de la contribution de Gécamines au Budget de l’État sur la période 2009-2014, soit 28,5% des revenus de ses partenariats ;
  • 860 873 898 USD ont été investis par la société, entre 2010 et 2014, notamment dans le rachat d’actifs stratégiques, la réalisation d’investissements directement productifs, ainsi que la certification de réserves de sorte à préparer ses projets futurs ;
  • 10%, c’est le taux de réduction de l’endettement de la Gécamines allant de 2010 à 2014. Et ce, dans un contexte où elle n’a, en aucun cas, bénéficié d’un apurement de dettes ;
  • 51 299 957 USD représentent le montant total des arriérés de dette sociale que l’actuel Conseil d’administration a hérité à son arrivée en novembre 2010. Cette somme a été apurée à 100% pour la main d’œuvre d’exécution et 93% pour la main d’œuvre cadre. « S’il est vrai qu’il y eut des tensions sur les salaires en 2014-2015, période de la fin du super-cycle mondial des matières premières où les principaux acteurs miniers ont licencié une grande partie de leur personnel, ce que Gécamines n’a pas fait, ces salaires ont été rattrapés l’année suivante », rassure – la Direction Générale.
  • Environs 45 millions USD ont servi, depuis 2015, à financer le départ à la retraite de 2 294 agents de la Gécamines ayant bénéficiés de leur décompte final dans le cadre du Plan d’accompagnement établi par elle.

Face aux critiques acerbes faisant état d’une certaine opacité de gestion de cette société étatique, la Gécamines rassure qu’elle « rend compte à tout moment à son actionnaire unique (l’Etat congolais), qui contrôle son action et est dûment représenté au sein des organes sociaux de la société ».

A RE5LIRE) : Gécamines dénonce les 3 faiblesses majeures du Rapport Carter Center !

Le défi pour la RDC, à travers la Gécamines, est notamment de reprendre la main sur les minerais congolais afin de permettre, d’une part aux congolais de profiter pleinement de leurs ressources naturelles ; et d’autre part, aux investisseurs qui engagent des gros capitaux pour l’exploitation de ces richesses d’en tirer profit. Le tout dans le cadre d’un partenariat gagnant-gagnant.

D’où, l’impératif de confier à un Cabinet international d’Experts – Comptables la mission de « repenser » l’organisation de la Gécamines afin de mieux contrôler les partenariats étrangers. D’après Albert Yuma,  le cabinet Ernst & Young s’y attellera.

Zoom Eco

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :