Connect with us

a la une

RDC : la SNEL entreprend des travaux sur la ligne d’injection Inga-Kolwezi

Published

on

La Société nationale de l’électricité (SNEL) entreprend des travaux sur la ligne d’injection de l’électricité haute tension comprise entre le barrage d’Inga et la ville de Kolwezi. Ces travaux, entamés depuis le 16 juillet 2018, concernent l’un des deux pôles installés d’une capacité initiale de 250 mégawatts. Ils ont pour objectif : l’accroissement des charges à 500 mégawatts pour chaque pôle.

D’après le directeur du Transport Sud de la SNEL, Donatien Ngindu Mushimakola, ces travaux consistent à remplacer les équipements qui constituent le goulot d’étranglement au niveau des stations de Kolwezi et d’Inga.

“Normalement, la durée des travaux est de trois mois. Mais à l’allure où ils évoluent, tout est mis en oeuvre pour gagner un mois. Ces travaux pourraient ainsi être finalisés au courant du mois prochain. Ce qui permettra à ce premier pôle de transmettre 500 mégawatts représentant la capacité initiale de deux pôles existants”, a-t-il expliqué à Zoom Eco.

Un fois finalisés, la SNEL va devoir entamer ce même type de travaux sur le deuxième pôle afin d’avoir une capacité finale (pour les deux pôles) de 1 000 mégawatts de charges sur la ligne d’injection haute tension Inga – Kolwezi.

En attendant, le déroulement de travaux sur le premier pôle a occasionné la réduction de charges à 150 mégawatts alors que la charge initiale pour les deux fournie au départ d’Inga est de 400 mégawatts. Raison pour laquelle il s’observe un renforcement de délestages dans le réseau SNEL de cette partie du pays.

A RE(LIRE) : assises sur l’électricité, cinq axes stratégiques retenus pour ajuster la politique nationale !

Bien avant l’entame de ces travaux sur la l’injection, rappelle – t – il, il y avait réduction de l’import dû aux travaux de maintenance des certaines lignes d’interconnexion qui relient la RDC aux pays de l’Afrique australe.

” Trois lignes d’interconnexion devraient subir la maintenance. Il s’est agit du remplacement des certains équipements vieux du côté zambien et zimbabwéen. Ils n’ont duré que trois semaines, soit du 30 juillet et 22 août 2018. Et depuis le 23 courant, je tiens à vous rassurer que la situation du réseau interconnecté est redevenu à la normale”, a rassuré Donatien Ngindu.

La démarche de la SNEL, d’après ce cadre, ne vise qu’à soutenir les activités économiques et les ménages pour accompagner le développement des provinces du Katanga.

Emilie MBOYO | Zoom Eco

Sur le même sujet :

RDC : des privés s’engagent à réduire le déficit énergétique de l’industrie minière !

RDC : La centrale hydroélectrique Mwadingusha augmente sa capacité de 10 Mégawatts !

RDC : Le déficit énergétique plombe l’essor de l’industrie minière !

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :