Connect with us

a la une

RDC : le système de passation des marchés publics en cours d’évaluation

Published

on

Des experts de l’Autorité de régulation des marchés publics (ARMP), des représentants du secteur public, du secteur privé, de la société civile ainsi que des partenaires techniques et financiers ont entamé, ce jeudi 5 juillet 2018 au Pullman hôtel de Kinshasa, l’évaluation qualitative du système de passation des marchés publics de la RDC. Ces travaux ont été lancés par le représentant du premier ministre, le directeur de cabinet adjoint Oscar Lugendo.

Les parties prenantes à la mise en œuvre de cette réforme initiée selon la vision du chef de l’Etat, Joseph Kabila, sont d’avis que la crédibilité du budget de l’Etat demeure une préoccupation majeure, en raison d’abus de procédures exceptionnelles hors la chaîne des dépenses.

« C’est pour tenter de juguler cette hémorragie que nous, tous, acteurs impliqués dans le système, nous nous retrouvons dans ce cadre pour extirper le mal à la racine à travers une évaluation sans complaisance de notre système de passation des marchés publics », a précisé le directeur général intérimaire de l’ARPM, Magloire Ngunza Benga Saka.

En effet, cet atelier poursuit trois principaux objectifs. Premièrement. Dégager les forces du système et mettre en évidence ses vraies faiblesses en s’appuyant sur une analyse rigoureuse et objective. Ensuite, d’établir les écarts entre la situation actuelle et les bonnes pratiques internationales pour évaluer l’impact de chacun sur le fonctionnement global du système permettant ainsi de développer une vision stratégique et d’identifier les priorités. Et enfin, d’élaborer un plan d’actions stratégique pour l’amélioration du système.

Ces activités, a indiqué le président du Conseil d’administration de l’ARMP Claudien Mulimilwa Byankubi, s’inscrivent dans la droite ligne des prérogatives dévolues à cette organe telles que prescrites aux articles 4 point 6 et 7 point 5 du Décret n°10/21 du 02 Juin 2010 portant création, organisation et fonctionnement de l’ARMP.

De son côté, la Banque mondiale, partenaire de cette réforme, espère que cette évaluation fasse connaître le positionnement des procédures de passation des marchés de la RDC par rapport à sa nouvelle politique en la matière. Mais aussi, à servir de base pour examiner les possibilités d’utiliser ces procédures nationales dans le contexte des arrangements alternatifs de passation des marchés.

« Nous osons croire qu’aucun effort ne sera ménagé lors de cette évaluation pour permettre à la RDC d’identifier et de cibler les actions prioritaires, dans le but d’améliorer l’efficacité de la dépense publique, et l’exécution budgétaire, en général, et son système de passation des marchés en particulier », Cha Bou Habib, le délégué du représentant pays de la Banque mondiale en RDC.

Pour le gouvernement, a indiqué Oscar Lugendo, il est question que ces travaux des résolutions qui vont lui permettre de lever des options prioritaires pour l’élaboration du plan stratégique  en vue de remédier aux principales faiblesses de ce système de passation de la commande publique.

En rappel, l’une des 28 mesures pour la relance de l’économie décidées en 2016 porte sur la redynamisation de l’Autorité de régulation des marchés publics en vue de faire respecter rigoureusement les procédures de passation des marchés publics.

Zoom Eco

Sur le même sujet :

RDC : La passation des marchés de gré à gré favorise la corruption

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :