Connect with us

a la une

RDC : Sicomines interdite d’exporter des métaux non transformés

Published

on

RDC : Sicomines interdite d’exporter des métaux non transformés

Le Gouvernement congolais a ordonné à la Sicomines de cesser avec l’exportation du cuivre et du cobalt non transformés et de raffiner ses métaux en RD Congo.  D’après Bloomberg, le Ministre des Mines, Martin Kabwelulu a annoncée cette mesure aux actionnaires majoritaires, à savoir : Sinohydro Corp. et China Railway Construction Corp. (détentrices de 68%) dans cette joint – venture avec la Gécamines et la SNEL (32%).   

Cette décision du Ministre des Mines est motivée par la nécessité pour le Gouvernement de « s’assurer du remboursement rapide » des 6 milliards de dollars américains contractés en termes de partenariat sino-congolais fondé sur le troc mines – infrastructures. Lequel accord prévoit que les bénéfices de Sicomines remboursent les prêts consentis par la Chine à la RDC dans le cadre de l’exploitation et de l’exportation des métaux raffinés et de meilleure qualité.

Dans une lettre du 11 Septembre 2017 authentifiée par Bloomberg, Kabwelulu a signifié au Directeur Général de Sicomines, Sun Ruiwen, sa désapprobation sur le type de produits miniers que l’entreprise exporte. En réalité, la majeure partie des produits exportés par cette société minière est constituée des concentrés du cuivre non raffiné et de l’hydroxyde de cobalt, des cathodes de cuivre et du cobalt non traitées.

Les autorités minières locales avaient reçu l’ordre de «ne plus autoriser l’exportation de produits miniers autres que du cuivre traité et du cobalt», a déclaré Kabwelulu dans sa lettre. Sur 112 camions transportant les exportations de métaux, seuls 44 ont auraient été autorisés à sortir parce qu’ils étaient déjà à la frontière.

« Nous sommes en contact avec le ministère pour débloquer la situation », a déclaré à Bloomberg le Directeur Général adjoint de Sicomines, Jean Nzeng. A lui de préciser : « Il n’y a pas de problèmes majeurs ».

Le projet minier de 3,2 milliards de dollars réalisé par Sicomines représentait environ un quart du concentré de cuivre et 5% des exportations de cathodes de cuivre l’année dernière du Congo. Elle a exporté 115 000 tonnes métriques de concentré de cuivre et 20 000 tonnes de cathodes de cuivre au premier semestre 2017, selon la Division provinciale des mines du sud du Katanga, où se trouve la mine.

La convention d’Avril 2008 qui a abouti à la création de Sicomines stipule que l’entreprise doit produire 200 000 tonnes de cathodes de cuivre par an à la fin de sa première année de production commerciale et «un tonnage correspondant» de cobalt transformé qui est obtenu en tant que sous-produit de extraction de cuivre. Selon la convention, la production devrait atteindre 400 000 tonnes de cuivre affiné au cours de la troisième année de production.

« La Sicomines doit respecter la convention », a déclaré Kabwelulu. Elle devrait également  fournir « de nombreuses clarifications » au Ministre des Mines sur les raisons pour lesquelles elle n’a pas exporté de cobalt au cours de ses 18 premiers mois de production malgré le fait que son « périmètre minier contient des minerais de cobalt ».

Le projet est un élément clé d’un accord de 2007entre la Chine et la RDC, dans le cadre duquel les entreprises chinoises construisent des infrastructures, y compris des routes et des hôpitaux financés grâce au financement des banques chinoises en échange de métaux tels que le cuivre et le cobalt utilisé pour faire notamment des batteries rechargeables.

Bloomberg/Zoom Eco

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Edito

Advertisement
%d blogueurs aiment cette page :