Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : Muyej alertait sur le danger de l’activité des creuseurs artisanaux pilleurs

Published

on

Le gouverneur du Lualaba, Richard Muyej, intervenant à la clôture de DRC Mining du vendredi 21 juin 2019, avait déjà tiré la sonnette d’alarme sur le cas des mineurs artisanaux clandestins dans sa province au Lualaba. Ces derniers pillent, détruisent et meurent dans des éboulements dont ils sont là cause.

Il était l’un des orateurs du panel axé sur comment formaliser les creuseurs artisanaux pour les rendre plus responsables.

D’après Richard Muyej, gouverneur du Lualaba, si dans d’autres provinces minières, ces creuseurs sont comptés par une dizaine de mille, au Lualaba et précisément autour de Kolwezi, ils sont plus 170 mille creuseurs.

Autre particularité, si ailleurs ils sont organisés en coopérative, chez lui, ces jeunes gens viennent des autres provinces et s’activent en électron libre.

« Ils entrent par groupe de 5 à 8 mille pendant la nuit dans les sites miniers non pas pour creuser mais pour prendre la production. Ils s’attaquent aux conducteurs des engins pour se servir les minerais  qui se trouvent sur les sites», avait-il déploré.

Tenke Fungurume a fait les frais de ce ce qu’il qualifiait de « terrorisme minier.» La police, impuissante face à ce drame, a perdu en 3 mois, trois de ses membres.

Autre conséquence, une cité de 20 mille ménages s’est créée dans les alentours de ces sites avec comme objectif voler.

Face à cette situation inquiétante, Richard Muyej avait préconisé non seulement la formalisation des creuseurs artisanaux pour les rendre plus responsables, mais aussi la nécessité de mettre fin à cette insécurité grandissante.

Pistes de solutions
D’abord sur le plan sécuritaire, les policiers ont été remplacés par les militaires qui font disuassion pour éloigner ces intrus de ces sites miniers.

Aussi, il y a lieu de penser à la relocalisation de ces familles dans un endroit plus éloigné de ces sites miniers. Une relocalisation accompagnée de structures d’encadrement.

Enfin, il serait mieux de les occuper pour éviter qu’ils retournent à leur ancienne activité et qu’ils deviennent de forces négatives qui risquent de s’ériger en pesanteur pour le développement de la province du Lualaba.

Ils risquent également de causer préjudice au partenaire de l’Etat qui sont ces entreprises minières.

Intervenant à son tour, Guillaume Kiza Responsable de la branche Katanga de SAEMAPE (service d’assistance à la supervision de la production minière artisanale et à petite échelle) a déploré une chose : les creuseurs artisanaux sont souvent renvoyés vers les sites non productifs.

Il a suggéré que de recherches soient au préalable effectuées avant de les orienter vers ces sites.

Enfin, Muyej a exhorté les activistes de droit de l’homme à sensibiliser les creuseurs artisanaux pour éviter ces drames répétitifs au lieu de condamner les entreprises minières pour les mesures sécuritaires prises pour contrer ces situations désagréables.

Nadine FULA

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito