Quantcast
Connect with us

a la une

RDC : FMI annonce le décaissement de 368,4 millions USD de la Facilité rapide de crédit

Avatar of La Rédaction

Published

on

IMG 20191217 163723

[COMMUNIQUE] – Le Conseil d’administration du FMI approuve un décaissement de 368,4 millions USD au titre de la Facilité rapide de crédit pour la République démocratique du Congo

Le 16 décembre 2019, le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a approuvé un décaissement en faveur de la République démocratique du Congo au titre de la Facilité rapide de crédit (FCR) [1] d’un montant équivalent à 266,5 millions de DTS (environ 368,4  millions USD, 25% de ses parts) pour permettre aux autorités de répondre à leurs besoins urgents de balance des paiements.

En outre, le Conseil a été informé de l’approbation par le Directeur général du FMI d’un programme surveillé par le staff (Staff monitored program, SMP, mieux Programme de Référence) [2] jusqu’en mai 2020.

Le SMP est destiné à guider la mise en œuvre des politiques, à donner aux autorités plus de temps pour identifier, hiérarchiser et mettre en œuvre des réformes visant à augmenter les revenus, à lutter contre la corruption et à améliorer la gouvernance.

L’environnement économique reste difficile et vulnérable aux chocs. La croissance du PIB réel devrait ralentir à 4,5% en 2019 contre 5,8% en 2018. La récente baisse des prix des produits de base, les nouvelles initiatives de dépenses et le relâchement de la surveillance des dépenses au cours de la période de transition politique ont conduit à une position budgétaire plus faible, principalement financée par la banque.

Dans ce contexte, les réserves internationales sont tombées à des niveaux extrêmement bas, créant des besoins urgents de balance des paiements.

Le nouveau Gouvernement s’est engagé à mettre en œuvre des mesures et des réformes qui renforceraient la stabilité macroéconomique et les réserves internationales, et s’attaqueraient aux problèmes liés à la mauvaise gouvernance, à un environnement commercial difficile et à la pauvreté généralisée.

Les autorités congolaises ont également l’intention d’augmenter les recettes intérieures en rétablissant le fonctionnement de la TVA et en appliquant l’Impôt sur le revenu des particuliers, tout en améliorant la prévision des revenus miniers.

En outre, le Gouvernement a l’intention d’introduire des plafonds de dépenses stricts, d’accroître l’efficacité de la politique monétaire et de favoriser une croissance inclusive et le développement du secteur privé, notamment par le biais de projets d’infrastructure et d’une éducation de base gratuite.

À l’issue de la discussion au Conseil d’administration, M. Mitsuhiro Furusawa, Directeur général adjoint et président par intérim, a fait la déclaration suivante:

«La République démocratique du Congo (RDC) est confrontée à une situation de balance des paiements difficile déclenchée par la récente baisse des prix des matières premières, de nouvelles initiatives de dépenses et un contrôle plus souple des dépenses au cours de la récente période de transition politique.

Bien que les politiques macroéconomiques aient réussi à restaurer des éléments de la stabilité macroéconomique ces dernières années, la RDC reste un État fragile avec des conditions économiques précaires et une pauvreté omniprésente, des besoins de développement massifs et sujet aux conflits et aux crises humanitaires.

«Le nouveau Gouvernement travaille sur un ambitieux programme économique et de réforme à moyen terme. Relever les défis profondément enracinés de la RDC prendra du temps et nécessitera un soutien coordonné de la communauté internationale.

L’accent devrait être mis sur les réformes visant à rétablir la discipline budgétaire en renforçant le contrôle des dépenses et en interrompant le financement du déficit par la banque centrale.

Pour aider à réaliser de manière durable les ambitieux plans de développement et sociaux du gouvernement, des mesures décisives de mobilisation des recettes intérieures devront être prises.

« D’autres mesures clés visent à renforcer les réserves internationales et à améliorer la gouvernance, la transparence et l’environnement des affaires. Ils comprennent un engagement à publier tous les nouveaux contrats miniers.

Une mission d’évaluation de la gouvernance en cours aidera à formuler des mesures pour lutter contre la corruption et améliorer la gouvernance, et une évaluation actualisée des garanties de la banque centrale est prévue pour l’année prochaine.

«Le FMI soutient les efforts du pays grâce aux ressources de la Facilité de crédit rapide. En outre, les engagements politiques forts pris dans le cadre du Programme surveillé par le staff (Programme de Référence) offriront aux autorités, avec l’aide de leurs partenaires, la possibilité d’élaborer un programme de réformes structurelles ambitieux, mais réaliste, qui servira de base à des réformes structurelles plus approfondies pour promouvoir une et une croissance inclusive et ouvrir la voie à un éventuel engagement financier avec le Fonds en 2020.»

Télécharger le communiqué ici 

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Advertisement

Edito