Quantcast
Connect with us

a la une

Abbé Nshole : «La gratuité de l’enseignement de base souffre d’un déficit de leadership »

Published

on

Abbé Nshole : «La gratuité de l'enseignement de base souffre d'un déficit de leadership » 1

La Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) a présenté, ce mercredi 13 janvier 2021, l’état des lieux de la gratuité de l’enseignement de base en République démocratique du Congo.

A cours d’une conférence de presse organisée à Kinshasa, le Secrétaire Général de la CENCO, Abbé Donatien Nshole, a expliqué que
plusieurs instructions du Ministère et du Secrétariat Général ont visé les effets et non les problèmes de fond liés à la gratuité et dans certains cas, ils ont eu pour conséquence d’ouvrir des brèches défavorables à la bonne gestion et à la consolidation de la gratuité.

«Nous constatons que la gestion de la gratuité souffre d’un déficit de leadership au sein du secteur éducatif, caractérisé par des actions de court terme, l’absence de vision, de planification et de budgétisation dans la durée », a-t-il déclaré.

Cette rencontre avec les médias a été une occasion pour le prélat catholique de formuler neuf recommandations aux autorités compétentes pour qu’elles puissent changer leur fusil d’épaule dans la gestion de ce secteur aussi sensible de la vie nationale.

Ainsi, la CENCO recommande:

1° De revisiter la création des provinces éducationnelles et des Bureaux Gestionnaires budgétivores de manière à les réduire si possible en tenant compte de la proximité ainsi que de la disponibilité financière;

2° De rationnaliser la création des écoles et des Bureaux Gestionnaires ainsi que l’octroi des arrêtés via un processus participatif, transparent et respectueux des normes;

3° De procéder au paiement de tous les enseignants NU trouvés en poste au moment de l’annonce de la gratuité;

4° De réformer en profondeur le SECOPE pour garantir la traçabilité et la transparence dans la gestion des fonds mis à sa disposition par le Trésor Public pour la paie des enseignants et revoir le contrat avec les institutions financières chargées de la paie des enseignants;

4°De revoir la rémunération des enseignants en tenant compte du coût de la vie : logement et transport en milieu urbain et prime de brousse pour les enseignants des milieux ruraux, conformément au Statut des Carrières au sein des services publics;

5° Le montant du premier palier, à savoir 170$ est devenu insignifiant par rapport au coût de la vie, surtout en ville;

6° D’augmenter les frais de fonctionnement des écoles et des Bureaux Gestionnaires;

7° De soutenir la gratuité par des financements alternatifs de l’éducation à travers des taxes et des impôts au bénéfice de l’éducation, des apports de financements du secteur privé gérés de manière transparente par des commissions tenues par les parties prenantes et les partenaires éducatifs;

8° De respecter les procédures en place et activer les mécanismes de contrôles indépendants et l’application des sanctions;

9° De mettre en place un cadre de concertation impliquant les gestionnaires pour évaluer et améliorer dans la mesure du possible la prise de décisions en rapport avec la gratuité de l’enseignement.

La Conférence Épiscopale du Congo trouve en ces recommandations des atouts nécessaires pour assurer l’efficacité et la pérennité de la gratuité.

Comme l’a souligné l’Abbé Donatien Nshole, la CENCO considère la gratuité de l’enseignement de base comme un processus irréversible.

Mitterrand MASAMUNA

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito