Quantcast
Connect with us

a la une

Afrique : avec 16,97 milliards USD, la Chine domine le financement des projets hydroélectriques

Avatar of La Rédaction

Published

on

44FA244C 1F8F 426C B4BD BE09F036B13A

Reconnue pour sa passion accrue pour le secteur miner en afrique subsaharienne, l’empire du milieu consolide également sa grande influence à travers des projets hydroélectriques sur la même région.

Ainsi, avec ses 16,97 milliards de dollars, la Chine a été le principal fournisseur public des ressources financières pour des projets hydroélectriques entre 2012 et 2022, suivie respectivement de la Banque africaine de développement (BAD) avec un engagement total de 1,4 milliard de dollars et de la Banque mondiale.

En effet, l’analyse effectuée ne prend en compte que les investissements effectués en fonds propres sous la forme de dons ou de prêts. Elle n’intègre pas les solutions de garanties qui placeraient la Banque mondiale en deuxième position, en raison du rôle joué par son institution de garantie, notamment la MIGA.

La position de l’institution de Bretton Woods pourrait aussi s’améliorer si on y ajoute les 542 millions de dollars de la Société financière internationale (SFI).

La Chine est en réalité le pays qui a agi de la façon la plus concrète.

À titre illustratif, la part de ses institutions représente jusqu’à 81% du total des 23,2 milliards de dollars apportés par les partenaires de l’Afrique subsaharienne à la construction de ses barrages hydroélectriques.

Au total, ce sont 74 milliards de dollars qui ont été apportés par les partenaires publics au développement pour la construction des infrastructures d’énergies propres en Afrique subsaharienne. La Chine a contribué à près de 25% du total de ces engagements.

Flory Musiswa/Stagiaire

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Edito

ZoomEco TV